L'avion antigrêle de la Bâloise | «Nous avons effectué onze vols au cours de la saison 2020»

Nicole Hess
23 juillet 2020
Orage et grêle : avant-hier soir, le temps dans certaines régions de Suisse a montré son côté inamical. Afin d'agir contre les dégâts causés par la grêle, l'avion antigrêle de la Bâloise assure depuis 2018 que les tempêtes de grêle sont réduites au minimum en Suisse. Frank Kasparek, pilote de l'avion antigrêle de la Bâloise et entrepreneur (FK Aviation), nous a raconté dans un entretien à quoi ressemble sa journée d'opérations et pourquoi la prévention de la grêle est efficace.

Depuis le mois de mai, l'avion antigrêle de la Bâloise survole à nouveau la Suisse alémanique pendant la saison de la grêle - combien de missions avez-vous effectuées jusqu'à présent?

La saison de la grêle 2020 a été exceptionnellement calme jusqu'à présent. Après un temps très agréable en mars/avril, nous avons eu un temps plutôt frais avec des températures plus basses au début de notre saison en mai/juin. Par conséquent, le danger pour les orages avec grêle est jusqu'à présent assez faible. Avec la hausse des températures, le danger de grêle est désormais beaucoup plus jaut, ce qui a été observé ces derniers jours. Jusqu'à présent, nous avons effectué onze vols au cours de la saison 2020. 

À quoi ressemble concrètement une journée d'opérations? Comment savoir quand et où voler?

Frank Kasparek

Nous travaillons en étroite collaboration avec un service météorologique qui nous fournit plusieurs météorologues de fin avril à mi-octobre. Ils observent en permanence la météo et déterminent l'état de préparation opérationnelle du pilote et de l'avion antigrêle. Chaque matin à 8 heures, nous recevons un bulletin météorologique détaillé pour la zone protégée, dans lequel le météorologue explique ce qui se passera dans le temps et surtout s'il y a un danger de grêle et quand un pilote doit être prêt. Ensuite, le pilote prépare l'avion et contacte à nouveau le météorologue pour savoir s'il y a eu des changements par rapport à l'évaluation initiale. Le météorologue donne ensuite l'ordre de lancement au pilote et lui indique dans quelle direction voler. Le pilote et le météorologue sont en contact permanent jusqu'au reste de la journée. Du haut des airs, le pilote peut voir très clairement les nuages à vacciner. De plus, il dispose d'une tablette à bord avec laquelle il peut suivre de très près la météo sur toute la zone protégée grâce à une connexion satellite. Il vole vers le nuage, "traverse" sous le nuage - cherchant ainsi la zone de courant ascendant - puis tourne en rond sous le nuage et commence le processus de vaccination.

Comment expliquez-vous à votre environnement ce que vous faites - surtout aux sceptiques de la prévention de la grêle?

Par notre travail, nous soutenons le processus naturel de formation de la glace dans un nuage d'orage. Ainsi, en plus des noyaux de glace naturels tels que les particules de saleté dans l'air, nous amenons des noyaux de glace produits artificiellement dans le nuage d'orage. Nous le faisons très délibérément en tournant avec notre avion sous le nuage dans la zone de courant ascendant de l'orage et en vaccinant le nuage avec les noyaux de glace artificielle. Ceux-ci entrent ensuite dans le nuage avec les noyaux de glace naturelle d'où provient la grêle. Un plus grand nombre de noyaux de glace produit alors plus de grêle à petits grains, qui peut ensuite fondre facilement jusqu'à ce qu'elle atteigne le sol.

Cette méthode est également utilisée au niveau international dans de nombreux projets similaires. Il existe des études réalisées dans un environnement artificiel (chambre climatique) qui prouvent que notre principe d'application fonctionne. Il n'y a pas une seule étude qui prouve le contraire et qui prouve que la prévention de la grêle ne fonctionne pas comme nous le faisons. 

Grâce à nos activités, nous constatons à maintes reprises que les orages au cours de nos vols diminuent rapidement ou même ne se développent pas aussi fortement.

Frank Kasparek, pilote de l'aviot antigrêle de la Bâloise et entrepreneur (FK Aviation)

Quel est le fondement de votre conviction que la prévention de la grêle est efficace?

La Suisse a entrepris les expériences à grande échelle bien connues dans les années 1980 et était déjà relativement bien avancée dans la lutte contre la grêle à cette époque. Cependant, le sujet a ensuite été quelque peu perdu de vue à nouveau, car les essais à grande échelle n'ont pas été couronnés de succès d'un point de vue scientifique. Cependant, les résultats des tests à grande échelle ont été utilisés au niveau international comme une opportunité de réviser les méthodes et d'adopter une approche différente. Au niveau mondial, la protection contre la grêle au moyen de missiles n'est plus que rarement utilisée, mais c'est la raison pour laquelle les approches que nous connaissons aujourd'hui ont été développées.

La Suisse a maintenant aussi l'avantage que dans le sud de l'Allemagne, on a déjà acquis une certaine expérience de l'inoculation des nuages par avion. J'ai également une petite équipe de scientifiques qui travaillent pour moi sur le thème du matériel de vaccination depuis plus de 30 ans. Leurs conclusions sont également intégrées dans nos produits, que nous utilisons pour l'application, dont la Suisse bénéficie également. L'ETH est en train de mener une étude en tant qu'institut indépendant pour examiner l'efficacité de nos vols. Grâce à nos activités, nous constatons à maintes reprises que les orages au cours de nos vols diminuent rapidement ou même ne se développent pas aussi fortement.