Discuter ensemble au lieu de se lamenter

Dominik Marbet
18 septembre 2020
Politique
Notre démocratie se nourrit d’une culture la discussion ouverte et nous voulons y participer en notre qualité d’entreprise.

Nous avons tous une opinion

Baloise Group fait partie du quotidien. Toutefois, quand il en va de la participation au processus de démocratie directe, les entreprises n’ont pas le droit de se prononcer. Elles ne peuvent qu’observer les événements depuis le banc de touche. Et c’est encore mieux si elles se taisent. Pourquoi le boulanger, chez qui l’ensemble de l’échiquier politique achète du pain, ne devrait-il pas avoir d’opinion? Nous ne dictons à personne comment il ou elle doit voter.

De la mesure à la démesure

En quoi consiste l'initiative de limitation ?

Cliquez sur le signe plus pour obtenir une explication

Le 27 septembre 2020, les Suisses voteront sur l’initiative de limitation. Il s’agit de répondre à la question de savoir ce qui correspond à la mesure et à quel moment la limite est atteinte. L’immigration augmente en Suisse, quoique dans une mesure inférieure à celle des quelques années précédentes. Cette immigration s’explique principalement par la libre circulation des personnes et l’offre toujours croissante sur le marché du travail suisse.

L’immigration, une stimulation pour l’économie

L’économie progresse et, avec elle, la demande de main d’œuvre. Les immigrants bien formés réduisent en partie la pénurie de personnel qualifié dans les entreprises, tandis que les immigrants moins bien formés effectuent le travail que les Suisses ne veulent plus faire, par exemple dans la santé.

La réduction de la pénurie de personnel qualifié est cruciale, notamment pour les PME qui commercialisent des produits spécialisés et/ou qui sont situées dans des régions frontalières. Sans immigration, celles-ci auraient du mal à se positionner comme un employeur attractif face à la concurrence acharnée des grandes entreprises.

Enjeux en matière d’infrastructure

Il est évident que l’économie profite de la libre circulation des personnes, mais non au détriment des travailleurs suisses. Le niveau des salaires s’accroît en permanence grâce à la prospérité de la Suisse et le taux de chômage est stable. Cependant, la Suisse devra incontestablement surmonter des enjeux en matière d’infrastructure (p. ex. transports, politique de construction de logements, institutions sociales) en raison de la croissance démographique.

Il est évident que l’économie profite de la libre circulation des personnes, mais non au détriment des travailleurs suisses.

Dominik Marbet, Head Public Affairs & Sustainability

Les risques d’une limitation

Les entreprises gèrent leurs risques et la sécurité juridique constitue un aspect essentiel. Pour investir dans le site, former les collaborateurs, créer et conserver des emplois, il faut être en mesure d’évaluer et de gérer ses risques d’exploitation. L’incertitude politique et contractuelle avec notre principal partenaire commercial, l’UE, déstabiliserait d’autres parties de l’économie. La croissance économique de la Suisse et, par là même notre prospérité, repose en particulier sur le fait que nous sommes un pays exportateur, le marché intérieur étant trop petit. La Suisse ne représente donc pas un marché de vente important pour de nombreuses branches de l’économie. En revanche, le fait que de nombreux investissements, emplois et impôts reviennent à la Suisse profite à notre économie.

Our position

La libre circulation des personnes profite aussi à Baloise Group. En effet, nous employons environ 12% de frontaliers rien que dans la région de Bâle. Mais nous sommes également conscients du fait que nous avons une responsabilité envers la société du fait de nos racines helvétiques. Par conséquent, nous participons activement au dialogue politique afin de faire transparaître nos points de vue et de mieux faire comprendre nos motivations.

Baloise Group soutient la position hostile de l’Association Suisse d’Assurances envers l’initiative de limitation. Dans les faits, l’initiative exige une résiliation de l’accord sur la libre circulation des personnes, à la suite de quoi la Suisse devrait à nouveau réguler elle-même l’immigration via un système de contingent. La suppression de la libre circulation des personnes mettrait en péril les accords bilatéraux.

Point de vue d’une assurance qui veut créer de la valeur

En notre qualité d’assurance, nous dépendons fortement de la conjoncture et de la prospérité de notre pays. Une résiliation des accords bilatéraux et de grandes incertitudes concernant la collaboration avec un partenaire commercial important tel que l’UE se répercuteraient négativement sur l’économie suisse et auraient des conséquences sur nos activités. Baloise Group veut créer de la valeur pour toutes ses parties prenantes et se voit fortement enraciné en Suisse. Nous souhaitons également continuer d’investir en Suisse en tant qu’employeur attractif et entreprise formatrice.

Dans le cadre de notre expertise, nous souhaitons aider à surmonter les enjeux difficiles de l’immigration. Nous sommes toutefois convaincus que nous ne les résoudrons pas au moyen de l’initiative de limitation. Au contraire, cette proposition apporte des incertitudes supplémentaires que nous souhaitons éviter, aussi chez Baloise Group, au vu de la situation actuelle. Par conséquent, l’entreprise que nous sommes rejette l’initiative de limitation.

Durabilité

Nous contribuons au développement durable d'une société.