Lettre aux actionnaires | Résultats annuels 2019

Andreas Burckhardt et Gert De Winter
26 mars 2020
Lettre aux actionnaires sur les résultats annuels 2019.

Madame, monsieur, chers actionnaires,

Gert De Winter & Andreas Burckhardt

Andreas Burckhardt, président du conseil d’administration (à droite), et Gert De Winter, président de la direction du groupe (à gauche), jetant un regard du 23e étage de Baloise Park.

La Baloise a réalisé en 2019 un très bon résultat, se traduisant par un bénéfice actionnarial de l’ordre de 694 millions de francs. Bonifié à hauteur de 148,6 millions de francs par des effets non récurrents pour partie fiscaux, ce résultat représente un bénéfice en hausse de 32,7% sur l’année précédente. Améliorant une nouvelle fois son taux sinistres-coûts, qui s’établit maintenant à 90,4%, le segment non-vie a été très profitable. Dans le segment vie, les marges restent confortables malgré la faiblesse des taux. Pour ce qui est des objectifs assignés à notre phase stratégique « Simply Safe », qui s’achèvera fin 2021, leur réalisation est en bonne voie. En trois ans, la Baloise a acquis 514 000 nouveaux clients, transféré à la holding 1,3 milliard de francs de liquidités et fait son entrée dans le top 15% des employeurs les plus attractifs du secteur financier européen. 

La Baloise a encore affiné en 2019 son profil stratégique. Mettant à profit les expériences des trois premières années de stratégie « Simply Safe », elle a attribué à ses initiatives numériques des priorités. Après avoir exploré divers terrains et accumulé ainsi des expériences qui lui ont été profitables, elle concentre à présent ses efforts sur ses écosystèmes « Habitat » et « Mobilité », les plus aptes à lui permettre d’élargir le spectre des prestations de service dédiées à ses clients en s’appuyant sur un cœur de métier solide. Un cœur de métier qu’elle a d’ailleurs considérablement renforcé, optimisé et diversifié. L’accent mis sur des produits à risque et liés à des fonds accélère l’amélioration du business mix du segment vie.  En Suisse, la croissance de l’assurance-vie collective a été favorisée par le retrait d’un concurrent.  Le remaniement stratégique du portefeuille non-vie porte ses fruits en Allemagne, où le rebond se traduit par un nombre considérable de nouveaux clients. Le Luxembourg termine, lui aussi, l’exercice sur un ensemble solide de chiffres. En Belgique, les opportunités que présente son attrayant marché de l’assurance non-vie ont été mises à profit pour racheter au premier semestre l’assureur Fidea NV. Et l’annonce du rachat du portefeuille non-vie d’Athora a notablement renforcé la position que la Baloise occupe sur le marché belge. Ces deux acquisitions confortent la Belgique dans son rôle de deuxième pilier du groupe, à côté de la Suisse, et améliorent la diversification de celui-ci. Le rachat du portefeuille d’Athora, quant à lui, permettra surtout à la société belge de s’établir plus solidement en Wallonie. La Baloise figure donc maintenant parmi les quatre plus grands assureurs de l’attractif marché non-vie de la Belgique. De son côté, Baloise Asset Management a élargi en Suisse son offre de gestion d’actifs destinée aux clients tiers et pris des participations dans plusieurs gros projets immobiliers. Pour ce qui est des activités de durabilité de la Baloise, la politique d’investissement durable de Baloise Asset Management s’appliquant aux avoirs d’assurance s’étend aussi, depuis le 1er janvier 2020, à tous les produits sous propre gestion des clients tiers.

Nous ne cessons d’élargir les prestations de service faisant partie de la chaîne de création de valeur classique d’un assureur.

Le maillage des prestations de service sure plateformes numériques progresse

En concentrant ses efforts sur ses écosystèmes « Habitat » et « Mobilité », la Baloise entend étendre le spectre de ses prestations de service au-delà de son cœur de métier.  Dans cet esprit a encore été élargi en 2019 son écosystème « Mobilité » et prise une participation à la start-up zurichoise gowago.ch, véritable carrefour de plateformes de leasing automobile permettant aux clients de prendre confortablement une voiture d’occasion en leasing de chez eux, et ce à un prix avantageux et transparent. Avec la start-up Mobly et l’assureur FRIDAY, qui appartiennent les deux à la Baloise, nous avons mis sur le marché européen en Belgique et en Allemagne deux entreprises qui ont considérablement enrichi notre savoir-faire et notre expérience de la mobilité et nous permettront d’élargir encore notre plateforme de mobilité. En ce qui concerne l’écosystème « Habitat », ont été développées en Suisse et en Belgique, soit par le biais de coopérations, soit par le rachat de start-ups, un grand nombre de prestations destinées aux propriétaires, aux locataires ainsi qu’aux bailleurs de biens immobiliers. Tel est par exemple le cas de la participation prise à « devis.ch », le marché suisse des travaux d’entretien et de nettoyage de l’intérieur comme de l’extérieur des maisons et des immeubles. Quant aux expansions à venir, elles seront conduites avec MOVU, notre plateforme suisse de déménagement. En Belgique démarre actuellement une phase d’un projet pilote consistant à fusionner, sur une même plateforme, des prestations de service destinées à des bailleurs professionnels ou privés. En connectant ces prestations à des solutions de gestion immobilière, il y aurait par exemple de quoi réunir sur une plateforme unique la totalité des services assurés par les bailleurs. La Baloise dressera un état des lieux détaillé de ses écosystèmes et de leur potentiel fin octobre, lors de sa prochaine journée des investisseurs.

En précisant notre profil stratégique, nous donnons de la consistance aux prestations de service portées par nos activités futures et aidons à accélérer la mise en œuvre des deux prochaines années de la phase stratégique « Simply Safe », dont nous avons bon espoir d’atteindre les objectifs.  La journée des investisseurs d’octobre sera l’occasion de dresser un bilan intermédiaire et de jeter un regard sur cette prochaine phase stratégique. 

Depuis quelques semaines, la société vit à l’heure du coronavirus COVID-19 et des mesures nécessaires prises par les autorités. Malgré le nouveau contexte qui en découle, et dont l’issue est encore incertaine, nous restons convaincus que la voie choisie par la Baloise sera celle d’un succès durable. La confiance que nous avons en notre réussite se reconnaît à notre politique du dividende. Le conseil d’administration proposera en effet à l’assemblée générale une hausse de 0,40 francs, portant celui-ci à 6,40 francs.   

Bâle, mars 2020

Plus d'information

Cours des affaires

Commentaire sur la cours des affaires.

Durabilité

Nous créons une valeur durable.

Résultats annuels

Publications à télécharger.