Cours de affaires | Résultats annuels 2020

30 mars 2021
Cours de affaires sur les résultats annuels 2020.

Cours de affaires

Réalisation des objectifs

Les retombées macroéconomiques de la pandémie du Covid-19 et, davantage encore, les mesures prises contre celle-ci, ont fait du tort à beaucoup de secteurs économiques. Étant ellemême étroitement imbriquée dans le tissu économique du pays, l’industrie assurantielle est, elle aussi, fortement touchée, surtout par le jeu du dédommagement des dégâts financiers. Ce contexte de crise globale n’a toutefois pas empêché la Baloise de réaliser en 2020 un bon exercice. Que ce soit en les dédommageant des sinistres qu’ils ont subis ou en leur accordant des délais de paiement ou des remises partielles de loyer, elle a aidé des milliers de clients en difficulté et amorti des risques. Les prestations de service habituelles ont été fournies sans aucune restriction, sur toute la durée de l’année et en application des mesures d’hygiène les plus strictes, ceci tout en maintenant le bénéfice à un niveau élevé et en augmentant de façon organique et non organique la croissance des segments cibles. Solide en période de crise, la Baloise montre en outre que son modèle d’affaires visant à une réussite durable, ayant pour corollaire une culture d’entreprise forte, fait également ses preuves en temps de crise, tout comme, d’ailleurs, les investissements consacrés ces dernières années à la numérisation.

Volume d'affaires 2020 (brut) par unité stratégique (en pour cent)

Business Volume 2020

La Baloise se voit donc en excellente position pour également atteindre les trois objectifs stratégiques de la phase allant de 2017 à 2021.

L’entrée au top 10% des employeurs de l’industrie financière européenne a été obtenue dès le deuxième semestre 2020. Il a donc suffi de quatre ans, au lieu de cinq, comme prévu, pour que la Baloise gagne plus de 20 points de pourcentage à l’indice de comparaison et fasse ainsi son entrée au top 8% du groupe témoin.

Ambitionnant de compter un million de nouveaux clients d’ici à fin 2021, la Baloise en a acquis 225’000 en 2020, ce qui, en chiffres cumulés, correspond à une augmentation de l’ordre de 738’000 clients depuis 2017, dont ne font pas partie ceux, au nombre d’environ 500 000, que l’on doit aux acquisitions réalisées en Belgique en 2019.

S’élevant à 424 millions de francs en 2020, la génération de liquidités est, elle aussi, conforme aux prévisions. Depuis 2017 ont été générés 1743 millions des 2 milliards de francs prévus.

La Baloise a donc tout en main pour atteindre les objectifs de Simply Safe d’ici à 2021. S’appuyant sur les résultats des dernières années, elle a en outre de quoi s’attaquer à partir d’une position de force, en 2022, à la phase stratégique «Simply Safe: Season 2» présentée lors de la dernière Journée des investisseurs.

Bénéfice

Le bénéfice actionnarial de l’exercice 2020 est de 434,3 millions de francs, en baisse de 37,4% sur les 694,2 millions de francs de celui de 2019, qui avait notamment bénéficié d’un effet fiscal non récurrent de l’ordre de 149 millions de francs. Comme nous l’avons dit lors de la clôture semestrielle 2020, ce recul s’explique par l’absence de cet effet fiscal ainsi que par les charges et le repli du résultat financier dus à la pandémie. Le résultat des placements est de 1270,5 millions de francs, soit un repli de 6,3% par rapport à l’exercice précédent (2019: 1355,7 millions de francs). Ce fléchissement a pour cause la mauvaise tenue des marchés financiers et les corrections de valeur sur titres qui en ont résulté, de même que la faiblesse persistante des taux.

Les charges brutes liées au Covid-19 s’élèvent pour 2020 à 178 millions de francs, provisions comprises. Les charges nettes après prestations de réassurance s’élèvent pour l’exercice 2020 à 72 millions de francs, dont la majeure partie est allée à des établissements de restauration suisses que les mesures de lutte contre le coronavirus prises par le gouvernement ont contraints à des fermetures périodiques. C’est ainsi que la Baloise se tient en temps de crise aux côtés de milliers de clients commerciaux. Ces charges nettes ont été comptabilisées, pour la plus grande partie, au premier semestre.

Le bénéfice avant impôts (EBIT) est de 602,9 millions de francs, soit un recul de 16,7% sur l’année précédente (2019: 723,9 millions de francs) s’expliquant notamment par un rendement moins élevé des placements.

Volume d’âffaires et taux sinistres-coûts

Le volume d’affaires connaît un développement réjouissant. L’année d’avant, le retrait d’un concurrent du marché de l’assurance complète avait été à l’origine d’un effet non récurrent de l’ordre de 569 millions de francs, dont l’absence en 2020 s’est traduite par un repli du volume d’affaires de 6,1% (4,2% en monnaie locale), à 8926,5 millions de francs (2019: 9509,9 millions de francs) qu’a encore accentué la politique de souscription sélective instituée dans le segment vie. Les segments cibles – celui de l’attractif segment non-vie en tête – ont enregistré une croissance aussi bien organique que non organique.

Évolution du ratio combiné net (en pour cent)

Combined Ratio

La Baloise a réussi à maintenir la profitabilité de son segment non-vie à peu de chose près au niveau historique atteint en 2019. Le taux sinistres-coûts net, charges nettes imputables au Covid- 19 comprises, est de 91,2% et se situe donc dans la partie basse du créneau cible de 90% à 95% (2019: 90,4%). À ce très bon résultat ont contribué tous les marchés clés. Le fait d’avoir atteint un taux aussi solide pour un exercice fortement impacté par le Covid-19 témoigne de l’excellente qualité du portefeuille et du soin avec lequel les prestations de réassurance ont été sélectionnées.

Fonds propres, dividende et capitalisation: reconduction du dividende de 6,40 francs proposé

Fin 2020, les fonds propres consolidés, en hausse de 4,60% par rapport à l’année précédente, s’établissaient à 6955,9 millions de francs (2019: 6715,6 millions de francs). Standard & Poor’s (S&P) a confirmé en juin 2020 la note «A+» attribuée à la Baloise et, vu l’amélioration de sa profitabilité, haussé de «stables» à «positives» les perspectives de l’entité allemande Basler Sachversicherungs-AG. Au Swiss Solvency Test (SST)* est attendu un taux au 1er janvier 2021 de plus de 180%. La Baloise démontre ainsi sa capacité à maintenir sa forte capitalisation en dépit des défis du moment.

Le programme de rachat de plus de 3 millions d’actions lancé en avril 2017 a été définitivement bouclé en mars 2020. Il aura permis de reverser aux actionnaires une somme de 481,2 millions de francs, dont une valeur de rachat de 92,8 millions de francs et une part de 565’925 actions pour l’année 2020.

Vu la solidité des résultats, le conseil d’administration de la Bâloise Holding SA a l’intention de proposer à l’assemblée générale du 30 avril 2021 de reconduire l’attractif dividende de 6,40 francs versé l’année précédente.

* Le taux SST sera publié fin avril 2021.

Segment non-vie: bonne croissance et solide taux sinistrescoûts

Profitant de ce que le rachat, en Belgique, de Fidea et du portefeuille non-vie d’Athora se faisait sentir pour la première fois sur une année pleine et que les marchés clés avaient tous réalisé une belle croissance organique, le volume de primes du segment non-vie a progressé de 7,3%, à 3802,5 millions de francs (2019: 3542,1 millions de francs), et même de 10,1% en monnaie locale. Même corrigé des acquisitions réalisées en Belgique, le taux de croissance s’établit à un très bon 4,3% en monnaie locale. En Suisse, le volume de primes 2020 est de 1368,4 millions de francs, c’est-à-dire en progression de 1,8% sur l’année précédente (2019: 1344,2 millions de francs). Celui de l’Allemagne a diminué de 1,7% en francs pour s’inscrire à 776,4 millions de francs (2019: 790,0 millions de francs) alors que, exprimé en monnaie locale, il aurait progressé de 2,1%. La Belgique et le Luxembourg ont enregistré, que ce soit en francs ou en monnaie locale, une forte progression de leurs volumes de primes. Profitant nettement de ses deux acquisitions, la Belgique a porté le sien à 1487,4 millions de francs (2019: 1251,1 millions de francs), soit un bond de 18,9% en francs ou de 23,6% en monnaie locale (7,5% hors acquisitions). L’entité belge conduit ainsi à une diversification de portefeuille produisant un effet stabilisant au niveau du groupe. Le Luxembourg a progressé de 1,4% en francs et de 5,3% en monnaie locale et porté son volume de primes à 138,6 millions de francs (2019: 136,7 millions de francs).

Le bénéfice avant impôts (EBIT) du segment non-vie a diminué de 24,2%, à 302,2 millions de francs (2019: 398.9 millions de francs), ce qui s’explique, pour l’essentiel, par un résultat moins favorable des placements. La profitabilité du segment non-vie n’en reste pas moins d’un niveau très élevé, qui témoigne de la grande qualité du portefeuille non-vie de la Baloise. Le taux sinistres-coûts net, quant à lui, est resté d’un très bon 91,2% (2019: 90,4%). La raison en est surtout qu’une grande partie des charges en rapport avec le Covid-19 avait été sécurisée et que l’exercice 2020 a été une période relativement pauvre en gros sinistres et en dégâts naturels. À ce très bon résultat ont contribué toutes les entités du groupe.

Segment vie: normalisation du volume de primes et
contribution solide au bénéfice

En repli de 14,1% (12,7% en monnaie locale) sur l’année précédente, le volume d’affaires du segment vie est de 5124,0 millions de francs (2019: 5967,7millions de francs). Ce recul s’explique par la politique de souscription sélective définie pour la prévoyance professionnelle et l’absence, cette année, d’un effet non récurrent qui avait eu l’année précédente un impact favorable sur le marché suisse. En 2019, le retrait d’un acteur de l’assurance complète en vie collective avait provoqué une envolée des primes uniques dont le volume d’affaires du segment vie avait profité à hauteur d’environ 569 millions de francs. Cet épisode terminé, le volume de primes de l’assurance-vie traditionnelle, en baisse de 18,9%, à 3291,3 millions de francs (2019: 4060,3 millions de francs) s’est normalisé comme il fallait s’y attendre. Pour l’assurance-vie traditionnelle en a résulté en Suisse une baisse des primes brutes comptabilisées de 22,6%, à 2648,2 millions de francs (2019: 3422,9 millions de francs), alors qu’en était enregistrée, en Allemagne, une progression de 0,6% en francs et de 4,6% en monnaie locale, en portant le volume à 380,2 millions de francs. Alors qu’en Belgique les primes brutes comptabilisées ont augmenté de 4,7% en francs et de 8,8% en monnaie locale, pour atteindre 190,3 millions de francs, elles ont diminué de 5,6% en francs et de 1,9% en monnaie locale au Luxembourg, où elles s’inscrivent à 72,5 millions de francs.

Le volume des primes à caractère de placement est en repli de 3,9%, à 1832,7 millions de francs, sur l’année précédente (2019: 1912,1 millions de francs). Ce recul s’explique par les difficultés persistantes que connaît le marché «Freedom of Service». Avec plus de 10 milliards de francs d’actifs sous gestion, la Baloise reste néanmoins un acteur majeur de ce segment.

Sont également à signaler des effets monétaires négatifs ainsi que la décision de renoncer en Suisse, pour des raisons de marché, à commercialiser en 2020 un produit par tranches, qui, pourtant, avait fait ses preuves en 2019.

Avec un EBIT de 282,2 millions de francs, le segment vie a dépassé la prévision minimum de 200 millions de francs de contribution au bénéfice (2019: 274,8 millions de francs). Le résultat financier du segment vie a également été lesté par des corrections de valeur, alors qu’étaient enregistrés au niveau des réserves techniques des effets positifs. Le besoin de réserves complémentaires a été inférieur à celui de 2019, d’où un EBIT légèrement plus élevé que celui de l’année précédente. La marge d’intérêts du segment vie s’est maintenue au bon niveau de 102 points de base (2019: 109 points de base). Suite à une constitution de réserves complémentaires motivée par le niveau des taux et à une amélioration du mix d’affaires, l’intérêt garanti moyen du segment vie traditionnel s’est replié de 1,2% à 1,1%.

La marge sur nouvelles affaires du segment vie a été en 2020 d’un très bon 42,7%, soit une normalisation par rapport à l’année précédente, où le volume du segment vie collective suisse avait été exceptionnellement élevé (2019: 37,3%).

La survenue globale, début 2020, de la pandémie du coronavirus et le confinement décrété de ce fait en mars ont eu pour conséquence un ralentissement sans précédent de l’économie mondiale. Les marchés financiers se sont écroulés en un rien de temps. Les actions globales ont cédé 34% en 24 jours de cotation, après quoi la plupart des marchés sont vigoureusement repartis à la hausse. Si les craintes nées de la pandémie ont été à l’origine de quelques périodes de volatilité, la faiblesse des taux et les nouveaux programmes d’achat d’emprunts des instituts d’émission, ainsi que la générosité des gouvernements, ont ranimé les marchés actions et stabilisé celui des rentes.

Avoirs d’assurance: un rendement solide des placements
dans un contexte inhabituel

La mauvaise tenue de marchés a fait chuter le résultat du placement des avoirs d’assurance de 1355,7 millions de francs en 2019 à 1270,5 millions de francs en 2020. Affectés par la faiblesse des taux, les produits courants se sont repliés à 1101,0 millions de francs (2019: 1176,5 millions de francs). Cette tendance a été quelque peu atténuée par un redéploiement en Private Debt et la transformation des emprunts d’entreprise en attrayants spreads de crédit.

Les gains portés au compte de résultat s’élèvent à 579,1 millions de francs, soit 5,6 millions de francs de plus qu’en 2019, un gain auquel a contribué le rendement élevé des obligations et des actions. Les corrections de valeur sont de 122,5 millions de francs supérieures à celles de l’année précédente. Cette augmentation s’explique pour l’essentiel par les actions européennes en portefeuille et les revers que les marchés financiers ont subis du fait de la pandémie du Covid-19.

La baisse des frais de couverture des risques de change et les fluctuations de cours ont fait baisser le résultat des frais de couverture des risques de change et celui des effets monétaires des monnaies étrangères non couvertes contre les risques de change de 102,3 à 74,9 millions de francs.

Le résultat généré par le placement des avoirs d’assurance, légèrement inférieur aux 2,3% de l’année précédente, correspond à un rendement net de 2,1%. Tirées par les fluctuations des taux et le rétrécissement du spread, les plus-values non réalisées ont augmenté de 546,2 millions de francs, si bien que la performance IFRS des avoirs d’assurance (modifications nettes de la valeur des placements sans effet sur le résultat comprises, mais hors modifications de la valeur des instruments de fonds de tiers détenus jusqu’à l’échéance), qui était de 4,7% en 2019, s’est repliée à 3,0%.

Les fonds de tiers en forte hausse

Au 31 décembre 2020, les actifs gérés par Baloise Asset Management s’élevaient à 66,2 milliards de francs, ce qui correspond à une hausse de 4% sur l’année précédente. Cette augmentation de volume s’explique pour partie par le rétablissement des marchés financiers intervenu au deuxième semestre et pour partie par la forte performance réalisée en fin d’année, de même que par les entrées d’argent frais enregistrées au niveau des avoirs d’assurance et à celui des clients tiers, avec, pour ces derniers, une augmentation notable des mandats immobiliers. Un volume d’actifs sous gestion inférieur en moyenne annuelle à celui de 2019 a eu pour conséquence un recul des produits, auquel sont venus s’ajouter d’autres effets inhabituels, dont, notamment, l’augmentation de capital du fonds immobilier Baloise Swiss Property Fund, à l’origine, l’année précédente, de revenus non récurrents.

Le segment des fonds de tiers a enregistré en 2020 une nouvelle et forte progression. Les entrées de nouveaux actifs nets s’élèvent à 1244,4 millions de francs, soit un bond de 48% par rapport à 2019. Outre cette forte augmentation de volume a également progressé la mise en place des nouvelles compétences. Les mandats de gestion de fortune de Baloise Bank SoBa ont, eux aussi, fortement contribué à l’augmentation des Net New Assets. Leur nombre est passé à 3212 (+21,4%), ce qui met en relief les avantages que présente la configuration, unique en Suisse, de l’ensemble assurance, banque et gestion d’actifs d’une part et de conjonction prévoyance et fortune d’autre part.

Le secteur immobilier s’est montré très dynamique. La Baloise a acquis début 2020 deux terrains du Giessen-Areal de Dübendorf, dont les 35 000 mètres carrés verront naître, d’ici à 2026, 500 logements ainsi que des zones commerciales et des espaces verts.

La Baloise, qui en est le maître d’oeuvre, a pris possession, en août 2020, du siège du groupe de Baloise Park. Situé à deux pas de la gare des CFF, cet ensemble, constitué de trois parties, est en passe de devenir l’un des nouveaux emblèmes de la ville de Bâle. Tout à côté s’élèvent deux immeubles neufs à usage locatif.

La Baloise a en outre clairement affiché ses ambitions de prestataire de services immobiliers en nouant fin 2020 un partenariat avec la caisse de pension de Bâle-Ville.

Pour ce qui est des placements liquides, le Baloise Global Bonds CHF Optimized Fund et le Baloise Senior Secured Loans Fund, qui ont beaucoup de succès auprès du public, sont devenus les phares de leurs catégories respectives. Durant l’été 2020, Baloise Asset Management a pris dans le cadre d’une coopération stratégique une participation au gestionnaire de fortune zurichois Tolomeo Capital AG par laquelle elle conforte son entrée au club des leaders de la gestion d’actifs suisse basée sur des règles. Afin de simplifier les structures, les sociétés Baloise Asset Management Suisse SA et Baloise Immobilien Management AG ont été fusionnées et unifiées sous le sigle Baloise Asset Management AG. La transformation culturelle visant à une organisation orientée clients s’est poursuivie en ce sens que les collaboratrices et les collaborateurs travaillent maintenant en équipes transfonctionnelles auto-organisées investies d’une responsabilité end-to-end ayant pour but d’accroître l’orientation clients ainsi que l’efficacité.

Baloise Asset Management contribue à la stratégie de durabilité de Baloise Group en assumant la responsabilité de la stratégie de placement: La politique d’investissement responsable (politique IR) de la Baloise est l’outil qui, en grande partie, donne son cadre à une création de valeur durable. Les règles s’appliquant à la durabilité des investissements ont été étendues en 2020 à tous les produits sous propre gestion des clients tiers, au Baloise Senior Secured Loans Fund, au choix des fonds de tiers ainsi qu’aux placements immobiliers.

La mise en oeuvre de la stratégie durable d’investissement aura pour temps forts au premier trimestre 2021 la stratégie climat ainsi que le lancement de l’approche Active Ownership. En appliquant la stratégie climat, nous réduisons les risques inhérents au changement climatique et les anticipons au niveau des portefeuilles.

La stratégie Active Ownership, de son côté, encourage à avoir avec d’autres entreprises des échanges sur des questions spécifiques ainsi que sur le thème de la durabilité, de façon à ce que les avoirs que nous avons sous gestion aient un effet favorable sur l’environnement et la société. En rendant la durabilité plus transparente pour les investisseurs, nous respectons en outre les exigences que les instances de réglementation européennes ont énoncées dans le plan d’action de l’UE.

Allant de 2022 à 2025, la phase stratégique «Simply Safe: Season 2» présentée lors de la Journée des investisseurs d’octobre 2020 jouera pour la poursuite de la numérisation de la Baloise un rôle capital. En se donnant pour but de devenir un prestataire de services financiers mû par la technologie ainsi qu’un acteur des écosystèmes Habitat et Mobilité dont ses clients ne sauraient se passer, la Baloise ajoute au coeur de métier qu’est pour elle l’assurance, ainsi qu’à Asset Management & Banque, un troisième pilier: celui de l’innovation. Misant sur les innovations à venir, son ambition est de valoir à l’horizon 2025 1 milliard de francs ou d’avoir augmenté de plus de 350 millions de francs son volume d’affaires.

Les pôles d’innovation seront, en plus du coeur de métier qu’est l’assurance, les écosystèmes Habitat et Mobilité, déjà élargis en 2020. Pour tous les deux est attendue, d’ici à 2025, une augmentation du volume d’affaires de l’ordre de 100 millions de francs. Pour l’assureur numérique FRIDAY, cette hausse devrait même atteindre, dans le même laps de temps, plus de 150 millions de francs.

Écosystème Habitat

Au premier semestre, la Baloise a pris une participation à la plateforme numérique de service de ménage Batmaid et coopéré avec quitt., le no 1 en matière de recrutement, de décompte salaire et d’assurance du personnel d’aide à domicile. Elle élargit ainsi, dans le cadre de son écosystème Habitat, les coopérations existant avec Movu, Bubblebox et Devis.

La plateforme batmaid.ch permet, elle, d’engager en une minute un personnel de ménage qualifié et assuré. Le service fiduciaire intégré à l’entreprise se charge au nom du client d’annoncer l’employé-e aux administrations compétentes et de veiller au paiement de l’impôt sur le revenu. Les employés trouvent auprès de Batmaid un travail déclaré ainsi que la protection qu’offrent les assurances sociales.

Quitt. est le no 1 de la Suisse pour l’enregistrement des aides à domicile. Qu’il s’agisse d’une aide ménagère, d’une garde d’enfants ou d’une aide à domicile pour seniors, quitt. se charge de l’inscription, du décompte de salaire et de l’assurance de la personne et garantit que toutes les formalités sont effectuées en conformité avec la loi. La plateforme travaille avec toutes les caisses de compensation et les administrations fiscales cantonales et propose aussi à ses clients une caisse de pension de l’entreprise.

La Baloise est entrée en septembre 2020 au capital de «Houzy». Domiciliée à Zurich, Houzy est une plateforme technologique permettant aux propriétaires de maison et copropriétaires d’étage une gestion numérique de leur bien immobilier réunie en un seul et même point. Qu’il s’agisse de l’achat, de la rénovation, de l’entretien ou de la revente de leur bien, Houzy met ses clients en relation directe avec des partenaires adéquats. En Belgique, c’est avec trois innovations d’un même coup que la Baloise a convaincu ses clients. Elle y a développé en collaboration avec la start-up belge Keypoint un nouvel assistant numérique qui facilite la tâche des gestionnaires d’immeubles. Pour pallier le manque de gestionnaires immobiliers professionnels que connaît la Belgique, a été développée par Keypoint une plateforme numérique réunissant tous les acteurs du domaine, qu’elle soutient dans leurs tâches de gestion.

La Baloise a également pris une participation à la start-up wallonne ImmoPass, un prestataire de services du domaine de l’inspection technique des biens immobiliers grâce auxquels les acheteurs potentiels et les gestionnaires immobiliers peuvent se faire une idée de l’état technique d’un immeuble et éviter ainsi des frais de rénovation inattendus.

En fin d’année, la Baloise est en outre entrée au capital de Rentio, une start-up flamande innovante qui numérise, centralise et automatise toutes les tâches relevant du processus de location et donne ainsi aux agences immobilières, aux loueurs ainsi qu’aux locataires la possibilité de passer des contrats, de surveiller des paiements, d’échanger des documents et de régler simplement, via une plateforme en ligne ou une application, des problèmes locatifs de l’ordre de la panne de radiateur ou de chauffe-eau.

Alors que le télétravail est actuellement de 100%, la Baloise a élargi en Belgique l’offre de sa plateforme de santé B-Tonic, en pensant au bien-être psychique et physique de ses collaboratrices et collaborateurs, de ses courtiers et de ses clients, qui trouveront sur cette plateforme des conseils sur la façon de mieux supporter, grâce à une alimentation saine et en se donnant chaque jour du mouvement, les contraintes liées à la pandémie. En proposant des initiatives telles que le défi «Retrouver sa santé en 100 jours», des consultations santé gratuites, des webinaires et des sessions Facebook en direct, B-Tonic montre le chemin et est en voie de devenir une valeur sûre de l’offre d’activités de la Baloise en Belgique.

Écosystème Mobilité

En 2020 s’est également poursuivi le développement de l’écosystème Mobilité. Aux prises de participation et aux coopérations existantes du type Drivolution, Gowago et Stratos* sont venues s’ajouter, au deuxième semestre, d’autres initiatives. La filiale Mobly a créé avec Europ Assistance la plateforme de mobilité Moveasy. Concevant la mobilité comme une offre de services, Moveasy regroupe en Belgique plus de 20 offreurs de mobilité dont le but est de proposer à une population majoritairement urbaine une alternative durable et écologique à la voiture et ce, en ayant à tout instant la possibilité de consulter son budget mobilité.

En annonçant, en novembre 2020, qu’elle allait conclure un partenariat avec TWICE, une start-up suisse spécialisée dans le développement d’exosquelettes, la Baloise a fait connaître son intention de donner plus de poids aux besoins de mobilité des personnes souffrant d’un déficit de leur appareil locomoteur. Par cette démarche, qui s’inscrit dans le droit fil de son souci de durabilité et de sa promesse de prendre ses responsabilités sociétale, la Baloise apporte son soutien à une mobilité pour tous, incluant les personnes souffrant d’un handicap.

En fin d’année, la Baloise a en outre annoncé la création de la start-up de mobilité «aboDeinauto» ainsi que son entrée au capital de la start-up «Ben Fleet Services» en Allemagne. «aboDeinauto» est une nouveauté de la Baloise réalisée avec le soutien du bâtisseur d’entreprise berlinois Bridgemaker, le premier offreur d’abonnement voiture à mettre sur le marché un abonnement réservé aux véhicules de seconde main, ceci grâce à une étroite collaboration avec les marchands participant au marché en pleine expansion de ces abonnements. Les mensualités sont avantageuses, l’abonnement simple et flexible. Avec aboDeinauto, le client paye pour utiliser la voiture dont il rêvait des mensualités n’impliquant aucun engagement à long terme. Les liens très étroits qu’aboDeinauto entretient avec les professionnels lui donnent accès à un grand nombre de véhicules, qu’il propose ensuite à des conditions particulièrement avantageuses, ce en quoi il se différencie des abonnements existants.

Créé en 2019, Ben Fleet Services révolutionne avec sa plateforme numérique le marché des prestations de service de flotte en proposant notamment des nettoyages de véhicules sur le site même du client, des ravitaillements en carburant, des services d’entretien, de chargement ainsi que de réparation et de déplacement de véhicules, qu’il s’agisse de quelques voitures ou de flottes entières de véhicules, de voitures électriques, de véhicules de transport, de trains, de bicyclettes ou de rollers. Les interfaces numériques de la plateforme permettent en outre d’intégrer ces services aux systèmes des clients. Entièrement automatisés, ces processus font gagner du temps, économiser de l’argent et représentent un degré élevé de flexibilité pour le client.

*anciennement Carhelper.

FRIDAY

FRIDAY, qui compte aujourd’hui plus de 100 000 clients attitrés, a atteint en 2020 ses objectifs. Si la pandémie du coronavirus a entraîné en Allemagne une baisse des immatriculations de véhicules à moteur, son offre numérique a néanmoins permis à FRIDAY de réaliser ses prévisions de croissance. Ses primes brutes ont doublé en un an et atteint en 2020 un volume s’élevant à plus de 30 millions de francs. Cette progression est portée par la satisfaction des clients et un taux de sinistres en constante amélioration. FRIDAY entend poursuivre dans cette voie en 2021 et compte notamment, pour réaliser cet objectif, sur son entrée, récemment annoncée, sur le marché français. Selon la projection présentée lors de la Journée des investisseurs, son volume d’affaires devrait être en 2025 de plus de 150 millions de francs.

Les bons résultats de l’exercice 2020 montrent que la Baloise est parfaitement en situation d’atteindre en 2021, malgré les défis de la pandémie du Covid-19, les objectifs de la phase stratégique Simply Safe. La solidité persistante de son bilan, sa bonne profitabilité et le développement de son volume d’affaires montrent qu’elle reste, malgré un contexte difficile, une entreprise agissant avec prudence et forte d’une réussite qui ne se dément pas. Baloise Group a présenté lors de la Journée des investisseurs du 29 octobre 2020 les contenus de sa phase stratégique «Simply Safe: Season 2», qui montrent quels seront, de 2022 à 2025, les objectifs et les ambitions de l’entreprise. La Baloise entend notamment entrer d’ici à 2025 dans le top 5% de tous les employeurs européens, acquérir 1,5 million de nouveaux clients et générer 2 milliards de francs de liquidités, dont 60% à 80% qui seront versées sous forme de dividende. Elle ambitionne en outre de continuer à développer le fort potentiel de croissance de son assureur numérique FRIDAY et d’ajouter aux piliers «Assurance» et «Asset Management & Banque» un troisième pilier, constitué, lui, des écosystèmes Habitat et Mobilité ainsi que d’autres innovations, et de générer dans ces nouveaux secteurs d’activité une valeur de l’ordre de 1 milliard de francs.

Plus d'information

Résultats annuels

Publications à télécharger.

Lettre aux actionnaires

Lettre aux actionnaires sur les résultats annuels 2020.

Ècosystèmes

Intégration stratégique de nos écosystèmes.