La Bâloise Assurance gagne le premier prix de médiation suisse pour les entreprises

Fiona Egli
2 février 2021
Agilité
Le 1er février 2021, la Fédération Suisse des Associations de Médiation (FSM) a remis à la Bâloise Assurance le prix de médiation 2020 dans la catégorie institutions/entreprises. Cette distinction a été octroyée pour la première fois et honore les efforts que la Baloise entreprend pour affronter les défis de la transformation numérique dans le domaine de la collaboration au moyen d’une attitude médiatrice. Depuis dix ans, la médiation fait partie intégrante de la culture d’entreprise de la Baloise. Elle soutient l’objectif visant à étendre les méthodes de travail agiles à l’ensemble du groupe et à prendre des décisions plus efficaces et plus rapides à tous les niveaux.

Hier, la Fédération Suisse des Associations de Médiation (FSM) distingue la Bâloise Assurance par le prix de médiation 2020 pour son système de gestion de la médiation fortement ancré dans l’entreprise. «L’interconnexion croissante, la complexité et la vitesse des processus de travail nous obligent à nous adapter en permanence. De tels processus de changement offrent de nouvelles opportunités dans le quotidien de travail, mais sont également intrinsèquement liés à des résistances. Pour pouvoir utiliser efficacement de telles résistances comme ressources, prendre rapidement des décisions et mettre sur pied des solutions efficaces, la Baloise mise depuis près de dix ans avec succès sur l’utilisation de techniques de communication médiatrice dans le quotidien de travail. C’est pourquoi je suis ravi que la Baloise soit récompensée pour son engagement», déclare Adrian Honegger, Head Group Strategy & Digital Transformation au sein de la Baloise.

La médiation comme partie intégrante de la culture d’entreprise

La médiation permet, au-delà des niveaux hiérarchiques et des services, de trouver des solutions utiles, efficaces et acceptables pour toutes les parties impliquées et d’éliminer les obstacles dans le flux d’information. À cet égard, la médiation est à la fois une forme de communication et une attitude qui aide toutes les parties à comprendre les intérêts de la partie adverse et à définir, grâce à la compréhension mutuelle, des options qui font avancer l’entreprise dans son ensemble. Ceci requiert une écoute active de la part des deux parties ainsi que la capacité à paraphraser les besoins, à poser des questions claires et à répondre de manière constructive. De cette manière, il est possible de discuter avec respect d’un désaccord ou d’un blocage – par exemple au sein d’un projet – et de passer ainsi de positions endurcies à la meilleure solution. «Cette stratégie de clarification renforce la responsabilité individuelle et la capacité à communiquer de chaque collaborateur aussi bien dans sa vie privée que professionnelle et rend les systèmes complexes comme la Baloise en tant qu’entreprise plus robustes», résume Adrian Honegger, qui est médiateur formé depuis 2002.

Un pool d’experts, qui permet de nouvelles formes de coopération: afin d’acquérir en interne ce savoir-faire dans le domaine de la médiation, la Baloise propose à ses collaborateurs depuis 2011 une formation de médiation. Depuis le début de l’initiative, 60 collaborateurs et collaboratrices se sont formés comme médiateurs et apportent leur soutien en interne lors de milliers de rétrospectives et sur demande lors d’un grand nombre de réunions de direction, de coachings en équipe et individuels ou encore pour animer des ateliers.

L’attitude médiatrice comme facteur de succès de la transformation numérique vers une Baloise plus prompte à s’adapter

Dans le cadre de la journée des investisseurs 2020, la Baloise a présenté sa nouvelle phase stratégique «Simply Safe: Season 2» et son ambition consistant à étendre les principes du mode de travail agile à l’ensemble de l’entreprise. À cet égard, l’agilité doit moins être comprise comme une méthode que comme le fait de se concentrer sur les résultats, ce qui constitue la base de la culture d’entreprise et de l’attitude de chaque collaborateur. L’objectif consiste à raccourcir le temps jusqu’à la création de valeur. Ceci repose sur deux piliers: la transparence des informations – qui travaille sur quel projet et avec quelle priorité – ainsi qu’une responsabilité décentralisée qui autorise tous les collaborateurs à prendre des décisions. Afin que ce type de collaboration puisse se développer et s’établir au sein d’une entreprise, une attitude médiatrice est requise. La modification des rôles et des tâches au sein de l’entreprise constitue le plus grand défi de cette transformation. Ici aussi, le système de gestion de la médiation de la Baloise intervient et soutient les collaborateurs afin qu’ils apprennent cette nouvelle manière de travailler et de communiquer.

«La médiation est une attitude qu’il faut apprendre.»

Entretien avec Adrian Honegger, Head Group Strategy & Digital Transformation