Women@Sales| La Bâloise lance une offensive pour augmenter le nombre de femmes dans la vente

24 mars 2021
À propos de la Bâloise
L'équilibre entre la famille et la carrière est un sujet largement débattu, en particulier dans les fonctions de vente, hautement compétitives et axées sur la performance. Mathias Zingg, responsable Distribution & Marketing, place la création de conditions-cadres adéquates au rang des priorités du service commercial de la Bâloise. Afin de promouvoir davantage la diversité dans les services de vente, un groupe de travail a élaboré des mesures concrètes.

En prenant ses fonctions de responsable Distribution & Marketing début 2020, Mathias Zingg a posé la question de ce à quoi devrait ressembler l'avenir de la vente. Pour lui, il était clair qu'en tant qu'entreprise moderne, le débat social actuel sur la diversité doit jouer un rôle. « Le genre est un aspect de la diversité. Pour moi, il est important que la promotion des femmes soit mise en avant dans le domaine de la vente : Outre l'importance de traiter la question en tant qu'employeur moderne, nous voulons également répondre aux besoins des clients de la meilleure façon possible. La diversité de nos services de conseil à la clientèle nous permet d'offrir à chaque client le meilleur service possible « Une variété de perspectives et points de vue apporte de meilleurs résultats. »

Annonces sous forme féminine

La majorité des fonctions de vente sont exercées par des hommes. « Cela s'explique en partie par une description de poste de conseiller du service clientèle traditionnellement masculine, ce qui contribue probablement aussi au fait que les femmes considèrent rarement les rôles de vente comme une option pour elles-mêmes », explique Marc Robinson, HR Business Partner et membre du groupe de travail Women@Sales. Ianico Minisini, directeur régional Suisse romande/Tessin, voit un grand potentiel inexploité si l'on n'utilise pas l'ensemble des compétences sur le marché : « Nous avons créé les conditions cadres pour que les modèles à temps partiel soient possibles et performants. Si cela échoue, c'est à cause de nos propres préjugés, qui, à mon avis, devraient être mis de côté depuis longtemps. Les nombreuses histoires de succès que nous avons au sein de la Bâloise en témoignent également. »

La façon dont une entreprise se présente peut faire la différence pour attirer les femmes. C'est pourquoi tous les emplois en Suisse alémanique sont désormais annoncés au féminin, avec l'ajout de « f/m » dans le titre. C'est pourquoi un langage neutre est déjà utilisé dans les offres d'emploi. « La manière dont les annonces sont formulées et le fait que les femmes sont également représentées dans la sélection des photos sur internet sont, à mon avis, l'une des raisons pour lesquelles nous recevons de plus en plus de dossiers de candidates ces dernières années », déclare Samuel Schmid, agent général Seeland/Emmental.

Wonder Woman

Possibilité de travail à temps partiel pour toutes les fonctions de vente

Autre mesure concrète, toutes les fonctions de vente de la Bâloise seront annoncées avec la possibilité de travailler à temps partiel avec effet immédiat. « La question du travail à temps partiel ne concerne pas seulement les femmes ou les mères, mais tout le monde, dans toutes les fonctions », explique Sabrina Steck, HR Business Partner et également membre du groupe de travail. Christof Muri, chef de vente à Zoug, dirige déjà une équipe diversifiée, comprenant deux mères de famille travaillant à temps partiel : « Le mélange de femmes, d'hommes, de jeunes et de personnes âgées - cela apporte un dynamisme à l'équipe. Une charge de travail à temps partiel est également envisageable, mais elle nécessite une concertation et une bonne planification au sein de l'équipe, par exemple en ce qui concerne les remplaçants », explique M. Muri. « Nous sommes au début d'un processus d'apprentissage qui, en plus d'un changement de mentalité, nécessite également d'autres ajustements. Personnellement, je serais favorable à des modifications du contrat pour les postes de cadres, par exemple, afin de pouvoir parler de dispositions idéales. » Il sera possible de passer à un travail à temps partiel dans les postes existants à partir de mai. Ici aussi, il est important de consulter le superviseur et l'équipe afin de trouver la bonne solution pour toutes les personnes concernées.

Briser les stéréotypes est également un atout pour les clients

Barbara Moursy est conseillère à la clientèle à l'AG Bâle. Elle a rejoint la Bâloise il y a cinq ans, est devenue mère l'année dernière et travaille à 80 % depuis décembre. « Le travail implique l'indépendance et la flexibilité. L'accent est toujours mis sur les besoins des clients et l'objectif de travailler ensemble pour élaborer les meilleures solutions pour eux. Organiser des rendez-vous à temps partiel est certainement un processus, mais jusqu'à présent, je n'ai rencontré aucun problème », déclare Moursy. Au contraire : elle a également constaté un changement dans la façon de penser des clients. Les rendez-vous ne doivent pas toujours avoir lieu le soir ; des solutions flexibles sont souhaitées. Les clients réagissent parfois même de manière positivement surpris lorsque, contrairement au stéréotype habituel, ils ont affaire à une conseillère. Juan-Carlos Rioja, agent général à Genève, partage cet avis. Son agence compte la plus forte représentation de femmes de la région Suisse Romande/Tessin. « Mon expérience est que les femmes ont leur propre approche, qui est souvent plus empathique. Avec nos clientes, en particulier celles qui occupent des postes de direction, je remarque qu'elles apprécient de parler à une conseillère clientèle », explique M. Rioja. « Quand on recrute une jeune femme, il est clair que la maternité peut devenir un sujet de préoccupation. Cependant, pour moi, les aspects positifs l'emportent sur les aspects négatifs lorsque la perspective féminine est représentée dans l'équipe. Et si les mamans bénéficient d'un congé maternité, un congé paternité de plusieurs semaines est également un sujet d'actualité. De plus, je constate également autour de mois que de nombreux collaborateurs souhaitent travailler à temps partiel afin de s'investir davantage dans leur rôle de père. Le reste est une question d'organisation. Et c'est là que les femmes sont souvent meilleures que nous, les hommes », ajoute M. Rioja avec un clin d'œil.

Travailler à la Baloise

Nos postes vacants dans la distribution