Crash Test Baloise: ces vélos électriques qu’on aperçoit trop tard

Bâle, 9 juillet 2021. Les vélos à assistance électrique jouissent depuis plusieurs années d’une faveur croissante, encore accentuée par la pandémie du coronavirus. D’une part, ils constituent une alternative intéressante aux transports publics; d’autre part, les nouveaux comportements de la population suisse en matière de vacances et de loisirs ont remis à la mode les balades dans la nature. Mais ce mode de transport est-il sûr et que risque-t-on en cas d’accident? En coopération avec DTC Dynamic Test Center AG, la police de la route de Bâle-Ville, le groupe de travail pour la mécanique des accidents AGU Zurich, Mercedes-Benz Trucks Suisse SA et Bike Factory, la Baloise a fait le test.

«On voit de plus en plus de vélos électriques sur nos routes. Nous avons donc reproduit aujourd’hui quelques situations concrètes afin de sensibiliser les usagers», explique Daniel Junker, responsable des experts en véhicules à la Baloise.

Premier crash test: une collision entre une voiture et un vélo électrique au débouché d’une route. La voiture et l’e-bike se rapprochent l’un de l’autre selon un angle aigu. L’automobiliste ne voit pas le cycliste ou le voit très mal. L’analyse effectuée après coup par Rolf Thommen, responsable de la police de la route de Bâle-Ville, montre qu’étant donné la situation, à savoir une visibilité très réduite, il était très difficile pour l’automobiliste de prendre toutes les précautions d’usage à l’égard du cycliste, qu’il aperçoit trop tard et dont il sous-estime sans doute la vitesse.      

Les tests pratiques qui ont été effectués montrent combien il est difficile d’évaluer la vitesse à laquelle roule un e-bike. « Il est difficile de s’apercevoir au premier coup d’œil que le vélo est un vélo électrique. L’expérience que l’on possède est celle de la vitesse d’un vélo classique, et l’on ne s’attend pas à ce qu’un vélo se déplace aussi vite », dit Marius Bloch, un collaborateur de Dynamic Test Center AG. 

Les tests effectués sur piste mettent aussi en évidence les différences entre un e-bike avec et un e-bike sans ABS. « Sans ABS, un coup de frein brusque risque de bloquer la roue avant ou de la faire glisser de côté en entraînant une chute. En cas de freinage en catastrophe, un système ABS empêche aussi la roue arrière de décoller du sol et d’envoyer bouler le cycliste par-dessus le guidon. Un vélo électrique avec ABS coûte certes plus cher, mais s’il permet d’éviter une chute, on est largement gagnant », estime Jean-Marie Unterrassner, de Bike Factory.

Un deuxième crash test avait pour sujet le problème de l’angle mort. Simulant un accident, un cycliste pilotant un vélo électrique roulant à 25 km/h remonte un poids-lourd par la droite et se trouve ainsi dans l’angle mort. Tournant alors à droite, le chauffeur du poids-lourd renverse le cycliste. « Si tel était le scénario, le cycliste ne s’en sortirait sans doute pas vivant ou serait pour le moins gravement blessé », fait remarquer, étant donné le lieu de l’accident, Markus Muser, membre du groupe de travail pour la mécanique des accidents. 

« On voit donc que la sensibilisation des cyclistes ainsi que des piétons est extrêmement importante. Il existe maintenant des systèmes d’assistance à la conduite qui corrigent l’angle mort, mais dont sont malheureusement  loin d’être équipés tous les poids-lourds. Que l’on soit cycliste ou piéton, mieux vaut redoubler de prudence en se disant que le conducteur ne vous voit pas », dit en guise de conclusion Daniel Junker. 

Vous aimeriez assister à un crash test de la Baloise ? Envoyez-nous vos données de contact à l’adresse : media.relations@baloise.com.
 

Plus qu’une compagnie d’assurances traditionnelle, Baloise Group concentre ses activités sur les besoins changeants de la société en matière de sécurité et de prestations de service à l’ère numérique. Les quelque 7'700 collaborateurs de Baloise Group mettent ainsi l’accent sur les souhaits de leurs clients. Un service clientèle optimal tout comme des produits et services innovants font de Baloise Group le premier choix de tous ceux qui souhaitent tout simplement se sentir en sécurité. Situé au cœur de l’Europe avec son siège à Bâle, Baloise Group agit en tant que fournisseur de solutions de prévention, de prévoyance, d’assistance et d’assurance. Ses principaux marchés sont la Suisse, l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg. En Suisse, la Bâloise Assurances et la Baloise Bank SoBa collaborent en tant que prestataire de services financiers ciblés en combinant assurance et banque. Depuis son centre de compétence au Luxembourg, Baloise Group offre des produits de prévoyance innovants aux clients privés à l’échelle européenne. L’action de la Bâloise Holding SA est cotée dans le segment principal de la SIX Swiss Exchange.

Autres actualités

Crash-test

29 juillet 2020

Le Crash Test Baloise montre les conséquences d’accidents impliquant des véhicules électriques tendance

Depuis quelques années, les trottinettes électriques font partie du paysage urbain. De plus en plus appréciées, elles permettent de se déplacer rapidement et sont utilisées dans les ...

Crash-test

8 mai 2019

Crash-test Baloise : des assistants de freinage d’urgence modernes pour poids lourds sauvent des vies

Selon les statistiques, le nombre de morts par accidents de la route impliquant des véhicules de transport de marchandises recensé en Suisse stagne à un niveau élevé. Malgré l’efficacité de ...