Qu’est-ce que c’est un bilan écologique?

Christian Nagler
6 juin 2019
Durabilité
Tout comme un bilan commercial, le bilan écologique reprend les entrées et les sorties. Toutefois, il n’est pas ici question de cashflows, mais de flux de matières et d’énergie d’un produit, d’un service ou d’une entreprise dans son ensemble.

Flux de matières et d’énergie

Qu’entend-on au juste par là? Ces flux de matières désignent par exemple le cycle de vie du papier que nous employons, notamment pour l’impression. Quant aux flux d’énergie, ils se rapportent à tous les types d’énergies utilisées, comme l’énergie électrique ou thermique. 

Tant qu’on parle d’énergie: nos plus grands sites en Suisse, à savoir Bâle, Berne et Lugano sont approvisionnés en électricité produite à 100% par l’énergie hydraulique.

Le bilan écologique de la Baloise

Les flux de matières et d’énergie figurant dans notre bilan écologique indiquent la consommation des grands immeubles de bureaux de la Baloise et de ses centres informatiques. Afin de pouvoir comparer les chiffres et ainsi constater l’évolution de notre consommation, le bilan ne reprend pas uniquement les chiffres de l’année en cours, mais aussi ceux des deux années précédentes. Toutefois, même avec les données des années précédentes à titre de comparaison, l’évaluation des chiffres n’en est pas pour autant aisée. Aussi, outre les valeurs absolues, nous indiquons également les chiffres relatifs afin de mieux pouvoir apprécier les chiffres.

Exemple consommation d’eau

Consommation d’eau en termes absolus:

2016: 47'128 m³

2017: 47'768 m³

2018: 45'421 m³ 

Consommation d’eau par collaborateur par jour: 35 litres

Mobilité et émissions

Outre la consommation d’énergie, de papier et d’eau ainsi que la production de déchets et les différents types de déchets, le bilan écologique reprend également les voyages d’affaires, le mode de transport et les émissions CO2. Ainsi, il est possible par exemple de savoir en un clin d’œil qu’en 2018, chaque collaborateur a parcouru quelque 4'290 km pour des raisons d’affaires, le transport s’effectuant dans 23,1% des cas par avion, dans 52,3% des cas en voiture et dans 24,6% des cas avec les transports publics. En 2018, nous avons produit 2'833 kg d’émissions de CO2 par collaborateur.

Mesures concrètes: à l’échelle du groupe

Outre la réduction continue de notre consommation d’énergie et la mise sur pied à l’heure actuelle d’un nouveau concept de recyclage pour notre siège principal à Bâle, les clients et les collaborateurs y ont la possibilité de recharger gratuitement leurs véhicules électriques à l’électricité solaire depuis 2015. 

En Allemagne, FRIDAY offre depuis 2018 la possibilité à ses clients de contribuer à la protection du climat en compensant les émissions de CO2 liées à la conduite automobile.

La Baloise au Luxembourg participe à la plate-forme nationale pour l’organisation de communautés de covoiturage tandis que la Baloise en Belgique a récemment investi dans le bâtiment durable «THE LINK» à Anvers, qui est considéré comme un prototype d’avenir de la vie en bureau, car il est presque neutre en énergie. 

Au cours des 10 dernières années, diverses mesures nous ont permis de réduire notre consommation d’énergie thermique d’environ 35% et notre consommation d’énergie électrique de 30%. Ces chiffres concernent les grands immeubles de bureaux et centres informatiques de Baloise Group. Dans le cadre de diverses analyses, tenant compte des objectifs de l’Accord de Paris, un large éventail de mesures d’économie d’énergie a été analysé. Celles-ci continueront à être mises en œuvre dans les différents pays au cours des prochaines années.

Pourquoi faisons-nous cela?

Le Suisse moyen a émis 4,5 tonnes de CO2 en 2017. Nous sommes largement en-dessous de ce chiffre avec 2,8 tonnes par collaborateur. Malheureusement, il ne s’agit pas là des émissions totales de nos collaborateurs. Après tout, on a aussi une vie privée. Quoi qu’il en soit: d’ici 2050, les émissions par personne doivent être réduites à 1 à 1,5 tonne de CO2 afin de contrer la crise climatique et de prévenir un réchauffement de la planète supérieur à 1,5-2 °C. Nous passons beaucoup de temps sur notre lieu de travail et en voyage d’affaires; c’est pourquoi, en tant qu’entreprise, nous nous engageons à réduire en continu nos émissions de CO2 et, dans la mesure du possible, à optimiser les cycles de vie des matières que nous employons. Malheureusement ou heureusement, la Baloise n’a aucune influence sur la vie privée de ses collaborateurs. Néanmoins, nous nous engageons à sensibiliser nos collaborateurs et à leur prodiguer des connaissances de base ainsi que des conseils sur diverses questions relatives au développement durable, y compris dans la vie privée.