Icon geöffneter Brief

Lettre aux actionnaires

Madame, Monsieur, chers actionnaires,

La Baloise a formulé à l’automne 2016 les trois objectifs de sa nouvelle orientation stratégique, à savoir, d’ici à 2021, fournir un apport en espèces de 2 milliards de francs à la holding, acquérir 1 millions de nouveaux clients et se hisser au rang des employeurs les plus attractifs du secteur. Le résultat de la première année est de bon augure pour la suite. Un bénéfice actionnarial en hausse de 2,5%, à 548,0 millions de francs (2016: 534,8 millions de francs), et un taux sinistres-coûts net stable de 92,3% (2016: 92,2%) prouvent que la Baloise a entamé avec succès ce voyage stratégique. Le volume d’affaires a progressé de 3,9%, à 9260,8 millions de francs, ce qui montre que la Baloise a su lancer en 2017 de nombreuses initiatives sans pour autant négliger son cœur de métier, base actuelle et future de ses succès.

Le segment non-vie a généré un volume d’affaires de 3229,3 millions de francs, en hausse de 2,8% sur 2016. La croissance en francs a été de 0,7% en Suisse, de 5,5% en Belgique, de 5,0% au Luxembourg et de 3,6% en Allemagne. L’évolution du segment vie est, elle aussi, très réjouissante. Si, pénalisée par le maintien d’une politique de souscription restrictive, l’assurance-vie traditionnelle accuse un repli de son volume d’affaires de 1,6%, à 3512,0 millions de francs, les primes à caractère de placement, en revanche, se sont très bien comportées. Leur volume a progressé de 14,6%, à 2519,5 millions de francs.   

Pour ce qui est des objectifs stratégiques, cette première année a aussi été celle des premiers succès. À son actif, un apport de 415 millions de francs à la holding sur les 2 milliards prévus, un gain de 118 000 nouveaux clients et une place parmi les 25% d’employeurs les plus attractifs du secteur assurantiel européen (ambition: entrer au top 10%). Au nombre des mesures stratégiques de l’année figuraient le lancement d’initiatives numériques ainsi qu’un suivi de ses clients plus proche et plus complet. Forte d’un cœur de métier solide, la Baloise entend être encore plus attentive à ses clients et leurs besoins et devenir en matière d’assurance, de prévoyance et de services un prestataire dépassant le cadre de simple assureur. Ce dont elle a besoin pour réussir la transformation de son modèle d’entreprise est une dynamique entrepreneuriale qui s’est déjà fait sentir en 2017 dans tous les secteurs de l’entreprise.

Pour la mise en œuvre de ses nouvelles initiatives, la Baloise concentre ses efforts sur cinq dimensions: elle explore des start-up, qu’elle aide à se développer et à grandir, elle noue des coopérations, expérimente de nouvelles activités ou acquiert de jeunes entreprises. Cette approche multiple lui donne de quoi augmenter les chances de réussite des initiatives qu’elle lance. Conjointement avec une société d’investissement et de conseil londonienne, la Baloise investit jusqu’à 50 millions de francs dans des start-up européennes et américaines ayant le potentiel de faire avancer ses projets numériques. Ainsi profite-t-elle aussi de l’expérience acquise dans le domaine des prestations financières numériques, dont elle tire parti pour la mise en œuvre de sa nouvelle stratégie. En Suisse, la Baloise s’engage dans une entreprise qui aide des start-up fintech internationales à démarrer et en soutient le développement, ce qui lui donne accès, en exclusivité, à des start-up fintech prometteuses ainsi qu’à technologies et des modèles d’entreprise innovants, ayant le potentiel de remodeler en profondeur le secteur assurantiel.

En 2017, la dynamique entrepreneuriale s’est fait sentir dans tous les secteurs de l’entreprise.

La Baloise s’investit également dans des start-up de sa propre création. Début 2017 a pris le départ, en Allemagne, l’assureur mobile «FRI:DAY», le premier à proposer un tarif d’assurance automobile fonction du kilométrage. Quinze mille clientes et clients lui font déjà confiance. Autre exemple: la plateforme de mobilité «Mobly». Lancée en Belgique et dédiée au marché de la voiture d’occasion, elle fournit au client des prestations de service qui complètent celles de l’assurance automobile traditionnelle. Les deux premiers produits sont «Mobly Go», un système d’assistance au conducteur fonctionnant pour toute marque de voiture du marché de l’occasion, et «Mobly Car Expert», qui soutient avec expertise l’utilisateur en quête d’un véhicule d’occasion.  

En travaillant avec des start-up, la Baloise a donné la preuve de sa capacité à s’affranchir de la philosophie de l’assureur conventionnel. De cet état d’esprit sont nés des produits tels que l’assurance montres-bracelets avec logiciel de reconnaissance photo, commercialisée en Suisse et en Allemagne. En sont également issues la première cyberassurance de Suisse pour particuliers, la première hypothèque mobile de Suisse ainsi que, à contracter en quelques clics, une assurance objets entièrement numérisée englobant plus de 60 objets ou l’assurance mobilier de ménage en ligne Good Start au Luxembourg. Est également à mentionner, en Suisse, YounGo, la nouvelle ligne d’assurances spécialement conçue pour les moins de 30 ans, qui a valu à la Baloise un important afflux de nouveaux clients. Tout aussi centrales sont les coopérations avec le TCS, la Banque Cler, BLKB, Pfister Meubles et bien d’autres, qui, tous marchés confondus, multiplient grandement les canaux d’interaction clients de la Baloise. Il n’est jusqu’à la construction de Baloise Park qui n’emprunte de nouvelles pistes numériques. Une app ne permet-elle pas, en effet, de se faire dès maintenant une image de ce que seront demain les nouveaux bâtiments.

La culture d’entreprise est un élément important de la transformation numérique. La satisfaction de ses collaboratrices et collaborateurs est pour la Baloise un pilier central de sa nouvelle orientation stratégique, à laquelle ceux-ci sont étroitement associés. Nous avons rayé les objectifs de performance individuels du système salarial et institué une nouvelle forme d’incitation. L’accent est mis sur les objectifs d’équipe, qui encouragent le travail en réseau. Ceci tant est ferme notre conviction que les temps ne sont plus aux exploits individuels et que le succès et les meilleures solutions de demain viendront des équipes dont disposeront les entreprises.  

La première année de la nouvelle stratégie témoigne de la dynamique et de la rapidité avec lesquelles la Baloise s’attaque aux défis de la transformation numérique. Elle le fait en multipliant les initiatives, en investissant dans des modèles d’entreprise lui paraissant appropriés et en s’appuyant sur un cœur de métier d’une solidité éprouvée. Nous avons quatre années devant nous pour mener à bonne fin ce voyage stratégique. Les premiers résultats se font déjà sentir. Sa culture d’entreprise, traditionnellement forte, n’est pas le moindre des éléments sur lesquels la Baloise puisse compter pour se donner la force d’atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés et mettre à bonne exécution le plan qu’elle conduit. Aussi proposera-t-elle à l’assemblée générale d’augmenter le dividende de 0.40 francs, le portant ainsi à 5.60 francs.

Dr. Andreas Burckhardt

Président du conseil d’administration

Gert De Winter

Président de la direction du groupe