C-Level Insights

C-Level Insights

Michael Müller
CEO Baloise Assurances Suisse

Michael Müller, êtes-vous satisfait de la manière dont l’innovation se développe à la Baloise?

L’énergie entrepreneuriale qui se manifeste dans divers projets et initiatives a été perceptible. Cela est importante en ce que l’innovation qui s’en dégage nous fait prendre la mesure du potentiel qu’offre la transformation numérique et montre la direction que celle-ci pourrait prendre à l’avenir. Le cœur de métier reste toutefois la base qui permet de prendre les risques inhérents aux nouvelles idées et aux nouveaux champs d’activité.

Que pensez-vous de l’équilibre entre tradition et innovation?

Müller Michael, CEO Baloise Assurances Suisse

Que c’est une tâche tout à la fois importante et délicate. Autant dire que la très bonne maîtrise technique que nous continuons d’avoir de nos secteurs non-vie et vie me fait doublement plaisir. Avec un volume de primes de 1054,7 millions de francs, notre segment non-vie a en outre enregistré, sur un marché suisse très disputé, une légère croissance obtenue sur fond d’une profitabilité toujours aussi élevée. Le repli des primes IFRS à 1891,3 millions de francs enregistré dans le segment vie reflète la poursuite systématique d’une politique de souscription répondant aux difficultés persistantes que connaît ce segment. Nos mandats de gestion de fortune, en revanche, ont fortement progressé. Notre modèle banque et assurance offre visiblement à notre clientèle un supplément d’opportunités que reflète la belle croissance de ce secteur. 

Prenant appui sur notre robuste cœur de métier, nous avons commercialisé en Suisse de nouveaux produits, lancé des initiatives et noué des coopérations. La cyberassurance pour PME est la réponse que nous apportons au besoin croissant d’une clientèle d’entreprise préoccupée par la délicate question de la cybersécurité. Le nouveau mode de déclaration de sinistre est un exemple frappant de la façon dont nous devançons les besoins des clients tout en améliorant nos processus. Le client est accueilli par un chat interactif, avec reconnaissance photographique et vocale. Déclarer un sinistre est pour lui aussi simple que rapide. Reprises par nos systèmes, ses données sont traitées selon un processus fort d’une expérience du traitement d’arrière-plan de plus de dix ans. Aujourd’hui, nous numérisons chaque jour en interne 98% du trafic postal.

La nouvelle stratégie préconise d’élargir le modèle d’entreprise à des prestations sortant du cadre de la couverture d’assurance classique.

Vous lancez beaucoup de projets, vous êtes très innovants. Mais où cela mène-t-il?

La nouvelle stratégie préconise d’élargir le modèle d’entreprise à des prestations sortant du cadre de la couverture d’assurance classique. En Suisse, l’accent a été mis au premier semestre sur les deux écosystèmes «Maison» et «Mobilité». Réunissant des partenaires, des coopérations et nos propres prestations, nous construisons dans ce domaine un réseau ayant vocation à simplifier la vie à nos clientes et nos clients dans certaines situations qu’ils rencontrent. Différentes mesures concourent à la construction et au développement de ces écosystèmes.

Quelles sont ces mesures?

Notre assurance objets, grâce à laquelle le client peut aujourd’hui assurer une soixantaine d’objets différents, permet d’étendre ce réseau à des partenaires de coopération. Vélo électrique, équipement de golf, casque audio, laptop: notre assurance objets permet de trouver en deux temps trois mouvements une couverture simple pour chacun d’eux, et les coopérations nous permettent ensuite d’entrer en contact avec les clientes et les clients au moment même de l’achat. En acquérant la plateforme numérique de déménagement Movu, nous avons renforcé l’écosystème «Maison». Nous couvrons du coup toutes les questions ayant trait au déménagement ainsi qu’à sa couverture assurance et disposons en plus, avec la Baloise Bank SoBa, d’un acteur ayant une grande expertise du financement du logement en propriété.   

Autre pilier stratégique, autre coopération: l’écosystème «Mobilité», dans le cadre duquel nous proposons des solutions pour des clients avec des partenaires de coopération, en partie pour des années comme par exemple avec notre partenaire de coopération TCS. En participant au comparateur de services automobiles Carhelper, nous consolidons nos coopérations du domaine de la mobilité. Ce partenariat stratégique élargit en outre nos possibilités d’accéder à de nouveaux clients.  

Comment voyez-vous évoluer la Baloise au cours de ces prochaines années?

Nous voyons un gros potentiel dans le domaine des prestations de service, dont certaines qui pourraient être intégrées à des écosystèmes moyennant une plateforme numérique conviviale. La numérisation est d’ailleurs un catalyseur de ce genre de chose. Mais je suis également convaincu de la très grande importance d’un conseil personnalisé. Une importance que la complexité de certaines problématiques devrait encore accroître. Vu le flot d’informations entre lesquelles on a aujourd’hui le choix, une personne capable de bien vous conseiller n’est pas de trop. Et la Baloise Suisse est également bien outillée de ce point de vue-là.

Plus d'informations