Icon geöffneter Brief

Lettre aux actionnaires

Résultat semestriel d’une solidité convaincante pour la Baloise

Madame, Monsieur, chers actionnaires,

Andreas Burckhardt, président du conseil d’administration (à droite), et Gert De Winter, président de la direction du groupe (à gauche), devant la tour de Baloise Park, qui atteindra cet automne ses 89 mètres de hauteur.

La Baloise est satisfaite des résultats de son premier semestre 2018. Le bénéfice actionnarial s’établit à 269,7 millions de francs, en repli sur les 299.0 millions de francs de 2017. Ce recul a pour raison principale le portefeuille d’assurance responsabilité civile allemand, que l’on savait déjà être en cours d’assainissement fin 2017, et qui est aujourd’hui isolé dans une structure run-off du groupe et doté de réserves d’un montant brut de 46,8 millions de francs. Corrigé de ce montant, le bénéfice serait en légère hausse. Le taux sinistres-coûts net du segment non-vie était d’un solide 94,1% à mi-parcours, ceci bien que grevé de 3 points de pourcentage par l’effet non récurrent du portefeuille en extinction du segment non-vie. Fait particulièrement réjouissant: avec un taux sinistres-coûts de 96, 4%, la Baloise Allemagne entre dans la fourchette des 96 – 98% qu’elle visait depuis longtemps. L’EBIT du segment vie est remonté à 193,6 millions de francs (2017: 114,8 millions de francs), une amélioration qu’il doit essentiellement à la stabilité retrouvée des taux ainsi qu’à la baisse des besoins de renforcement des réserves qu’elle a eue pour corollaire. Le principal bénéficiaire de cette baisse est la société belge, à laquelle elle a permis de dissoudre avec effet sur le résultat des provisions complémentaires devenues sans objet. Ce contexte favorable a accru l’EBIT du segment vie de 38,4 millions de francs au niveau du groupe. Deux ans, environ, après le lancement de la stratégie Simply Safe, la Baloise se distingue en outre par la cadence beaucoup plus élevée à laquelle elle commercialise de nouvelles solutions d’assurance de même que par le rythme impressionnant auquel elle noue des coopérations potentiellement prometteuses et procède à des investissements.

Il y a deux ans, la Baloise formulait ses ambitions pour 2021. S’appuyant sur la stratégie Simply Safe, elle entend devenir, dans un contexte en mutation, un prestataire innovant de solutions qui élargissent son cœur de métier et font d’elle plus qu’un assureur traditionnel.  Elle ambitionne surtout de développer des modèles d’entreprise alternatifs et de proposer des prestations ne faisant pas partie de son cœur de métier. Alors qu’elle poursuit depuis près de deux ans les objectifs qui baliseront sa route jusqu’en 2021, on peut dire d’elle qu’elle innove, qu’elle élargit son cœur de métier et qu’elle raisonne en des termes qui ne sont pas ceux de l’assureur traditionnel. Avec la plateforme de mobilité Mobly en Belgique, l’assureur en ligne Friday en Allemagne ainsi que, conclue récemment, la coopération avec Carhelper, un comparateur en ligne de services automobiles en Suisse, elle continue de développer des éco-plateformes dédiées à la mobilité. Bien que centrée sur un marché bien défini et ancrée localement, chaque initiative profite néanmoins de l’expérience et des transferts de savoir-faire qui se font au sein du groupe. Après le rachat de la plateforme de déménagement MOVU - avec laquelle la collaboration s’est intensifiée au cours des derniers mois -  la Baloise poursuit dans le domaine «Maison & Intérieur» le développement d’une plateforme de prestations de service du domaine «Maison & Intérieur». Qu’il s’agisse de MOVU ou de la Baloise, les clients profitent d’ores et déjà de cette offre plus large de prestations.

La Baloise innove, élargit son cœur de métier et raisonne en des termes qui ne sont pas ceux de l’assureur traditionnel.

Les projets numériques mis en œuvre pour optimiser les processus du cœur de métier et accentuer le focus client tournent à plein régime. Lancée en début d’année, la déclaration de sinistre interactive en ligne a par exemple bénéficié lors de son développement d’une connaissance interne très solide des technologies les plus récentes en matière de traitement d’arrière-plan et d’intelligence artificielle. Cette année ont déjà été lancés plus de 10 projets de ce type, pour lesquels des tests d’aptitude doivent chaque fois permettre de déterminer s’ils sont vraiment intéressants pour le quotidien de l’entreprise. Tel est le rythme que la baloise imprime à l’innovation.

Cet été, la Baloise Suisse a avancé d’un nouveau pas dans la prévention des sinistres. Stationné à l’aérodrome de Birrfeld, son avion antigrêle couvrira, dans un premier temps, la Suisse alémanique si elle lance une alerte grêle. Pour limiter la probabilité d’un orage de grêle, un petit avion équipé d’un dispositif de pulvérisation va se positionner sous le nuage et libérer au centre des vents ascendants de l’iodure d’argent écologiquement neutre. Faisant office de noyau de congélation, l’iodure d’argent empêche la formation de grêlon d’une taille et d’un poids risquant de causer des dégâts. En lieu et place vont se constituer en grand nombre de petits cristaux de glace que leur descente vers la terre transforme en bouillie de neige ou – mieux encore – en pluie. Ce dont profiteront non seulement les clients de la Baloise mais des régions tout entières.

Il ne s’agit là que d’une initiative parmi tant d’autres à travers lesquelles la Baloise assume des responsabilités sociales ne faisant pas partie de son cœur de métier et qui la voient également se saisir, dans le cadre de son processus d’innovation et de transformation, de problématiques sociétales, économiques ainsi que politiques faisant d’elle un prestataire de services toujours à l’écoute du client.  

La dynamique innovatoire peut également avoir pour ressort l’excellente capitalisation de la Baloise. Il est réjouissant que l’agence de notation Standard & Poor's ait relevé notre A avec perspective positive à A+ avec perspective stable, saluant ainsi le fait que nous ayons réussi à optimiser notre résistance au risque tout en développant les prestations offertes à notre clientèle et en maintenant le cap d’une politique actionnariale attractive. Cette note permet à la Baloise de se hisser à l’une des toutes premières places du groupe des assureurs européens de taille moyenne.

La solidité de son résultat semestriel montre que la Baloise est sur la bonne voie et qu’elle respecte le calendrier de ses objectifs stratégiques. L’importance qu’ont pour elle ses collaboratrices et ses collaborateurs ainsi que le développement de sa culture d’entreprise, facteurs clés de la transformation numérique, a été soulignée à mainte reprise. La Baloise va encore monter en puissance, sans pour autant perdre de vue le focus client. Ses collaboratrices et ses collaborateurs sont en effet l’interface par laquelle les clients sentent à quel point leur interaction avec la Baloise a changé.

Bâle, août 2018

Dr. Andreas Burckhardt

Président du conseil d’administration

Gert De Winter

Président de la direction du groupe

En savoir plus sur les résultats semestriels 2018