Développement durable

Gestion des risques

L’approche de la gestion des risques développée par la Baloise implique tant les risques que les valeurs.
silvia-kalbermatten

“La durabilité concerne à mon avis plusieurs niveaux. Dans mon activité principale, la Compliance, j’ai à cœur que la Baloise fasse des affaires sans entacher sa réputation et qu’elle ne soit pas secouée par les médias et sanctionnée. En ce qui concerne nos clients et nos collaborateurs, je pense que ce n’est qu’en proposant de bons produits à de bonnes conditions que nous pourrons entretenir des relations fructueuses sur le long terme. Donner et prendre doivent être en équilibre. Bien évidemment, et non des moindres, le sujet de la durabilité va de pair pour moi avec la gestion des ressources globales. Comment gérons-nous les sujets environnementaux, où investissons-nous ou justement où n’investissons-nous pas et où soutenons-nous des projets judicieux? Si nous souhaitons vendre ceci, nous devons nous y atteler nous-mêmes.”

Silvia Kalbermatten, Compliance

Risk management at Baloise

La gestion des risques est un élément de la gestion stratégique et elle fait partie intégrante des activités de durabilité de la Baloise. La stratégie holistique de notre gestion des risques permet une couverture interne et externe des risques.

Notre gestion des risques est un système opérationnel stratégique et uniforme appliqué dans l’ensemble du groupe dans les domaines suivants: carte des risques, gouvernance des risques et culture de risque, mesure du risque, processus de risque et gestion stratégique des risques.

L’existence durable de la Baloise et ainsi l’objectif de notre communauté d’assurance d’assurer à nos clients, à nos collaborateurs et à nos investisseurs un avenir sûr sont garantis par la gestion des risques de la Baloise. La prise en compte de catastrophes naturelles, qui peuvent influencer les affaires de la Baloise, ainsi que la sécurité de l’information et l’IT Compliance sont des éléments de la couverture interne. Afin de simuler différents scénarios, des événements externes sont intégrés dans la carte des risques ainsi que les mesures prévues correspondantes de minimisation des risques.

Outre la garantie de nos affaires, la couverture de nos clients par le biais de notre orientation stratégique «Simply Safe» est notre priorité numéro un. Les clients, mais pas seulement, doivent se sentir en sécurité auprès de leur partenaire Baloise. En traitant des sujets tels que les risques environnementaux, la cybersécurité et la numérisation, la conformité, la mondialisation ainsi que les mégatendances sociales, écologiques et économiques, la gestion des risques de la Baloise contribue à un avenir plus sûr pour la société.

La carte des risques distingue les catégories de risques pertinentes pour Baloise Group:

  • risques actuariels
  • risques de marché
  • risques de structure financière
  • risques conjoncturels
  • risques opérationnels
  • risques stratégiques / d’information

La carte des risques est ancrée dans l’organisation et dans les responsabilités du groupe. Chaque risque a un «risk owner» (responsabilité globale) et un «risk controller» indépendant (contrôle et gestion du risque).

Le développement de la gouvernance des risques et de la culture de risque s’inscrit dans une longue tradition chez Baloise Group. Nous développons sans cesse cette culture et ce, au sein de toute l’organisation. Les «risk owners» et «risk controllers» pour les différents thèmes de risque font partie de la culture mise en place tout autant que les organes consacrés aux risques qui se réunissent régulièrement. Parallèlement à cela, les modèles et processus de risque sont optimisés en permanence. Le système de contrôle interne (SCI) et la Compliance sont d’autres piliers essentiels du système.

L’organe de décision suprême de l’organisation de risque de Baloise Group est le conseil d’administration de la Bâloise Holding SA, tandis que l’instance de contrôle des risques est le comité d’audit et des risques du conseil d’administration. Le chief risk officer du groupe rend régulièrement compte aux deux organes et est aussi en partie lui-même responsable de certains thèmes de risque.

Il est de la responsabilité du conseil d’administration de décider de la stratégie de risque qui est basée sur la stratégie commerciale et les objectifs commerciaux de Baloise Group et qui tient compte de la propension et la tolérance au risque de l’entreprise.

Le comité de risque du groupe et les comités de risque locaux de toutes les entités, composés selon le cas de membres de la direction du groupe ou de membres du comité de direction local, décident de la manière dont la stratégie de risque est développée et de la mise en œuvre opérationnelle des questions liées à la stratégie de risque. En outre, pour les thématiques complexes relatives aux risques telles que la gestion actifs-passifs, la Compliance, les risques informatiques ou le provisionnement, ces comités bénéficient du soutien d’organes spéciaux qui préparent à leur intention des dossiers de décision. L’organisation est complétée par une étroite collaboration de la gestion de risque du groupe avec les experts de risque locaux. Cette organisation de risque complexe constitue notre plateforme pour l’échange et le développement continu des bonnes pratiques.

La gestion des risques du groupe est responsable:

  • de l’élaboration de modèles de risque cohérents et contraignants à l’échelle du groupe;
  • de la surveillance des standards à l’échelle du groupe;
  • du reporting;
  • du respect des processus de risque;
  • de la communication avec des partenaires externes – révision, surveillance de groupe et agences de notation.

Les entités sont responsables de la mise en œuvre locale des exigences du groupe. La responsabilité globale incombe au responsable financier puis au chief risk officer du groupe.

Notre modèle de risque veille au traitement quantitatif uniforme de tous les risques commerciaux et financiers dans toutes les entités stratégiques. Il est fondé sur les principes et les méthodes de calcul du test suisse de solvabilité (SST) et sur la directive Solvabilité II de l’Union européenne. Outil de gestion des risques de pointe, ce modèle fournit la base pour les décisions stratégiques et opérationnelles du management.

Le capital risque économique dérivé des modèles de Baloise Group représente le standard le plus avancé actuellement sur le marché. Il s’agit ici, dans le cadre d’une réflexion de pure mathématique des risques –indépendamment du traitement comptable ou des exigences en fonds propres selon Solvabilité I –, de déterminer le montant du capital cible nécessaire pour que l’entreprise reste solvable même dans des conditions défavorables et qu’elle puisse remplir ses engagements à l’égard des assurés à tout moment. Nous comparons continuellement le montant de ce capital cible avec les capitaux disponibles.

Parallèlement à ce modèle de risque global, nous utilisons la base de la carte des risques pour identifier, décrire et analyser des risques individuels en termes d’impact vraisemblable sur le résultat opérationnel. C’est sur ce processus standard que repose la banque de données de Baloise Group sur les risques individuels, où figure la description détaillée des risques, leur classification dans la carte des risques ainsi que les indicateurs d’alerte précoce. Sur le plan quantitatif, cette description est complétée par l’évaluation des risques en termes de conséquences financières probables sur le bilan de la société. Chaque risque est répertorié avec des mesures de réduction du risque. La banque de données est mise à jour tous les six mois.

La combinaison d’un modèle de risque global, d’une part, et d’une évaluation individuelle des risques, d’autre part, assure en tout temps à Baloise Group une parfaite vue d’ensemble sur la situation actuelle des risques.

Les «Groupwide Risk Management Standards» constituent la base contraignante pour le processus de risque. Ces standards établissent des méthodes, règles et valeurs limites contraignantes à l’échelon du groupe. Ils précisent comment les différents thèmes de risque sont analysés, maîtrisés et quel reporting il convient d’assurer. Un système de limites de risque en guise d’indicateurs d’alerte précoce permet de restreindre les risques encourus.

Le groupe utilise un système de limites à un niveau agrégé sur la base du capital risque économique pour limiter globalement les risques. Ce système surveille de près le capital risque du groupe et de ses différentes entités. En outre, nous contrôlons les différents risques par thème en nous basant sur des limites, comme le montrent les exemples suivants:

  • Les risques actuariels sont basés sur des directives de souscription, sur lesquelles se fondent les souscripteurs locaux dans leurs décisions. La politique centrale de réassurance s’accompagne d’analyses de mathématique des risques au niveau des franchises.
  • Nous contrôlons les risques financiers et de marché dans toutes les unités d’investissement, processus de reporting ad hoc à la clé. Il existe par exemple des directives claires et contraignantes pour la notation des obligations (en plus des limites pour les expositions aux actions). Les risques de crédit sont évalués selon la méthode «Bâle» applicable mais aussi selon d’autres méthodes statistiques. De plus, la solvabilité globale fait l’objet d’une surveillance mensuelle au travers de notre analyse des risques.
  • Nous consignons les risques conjoncturels, opérationnels et stratégiques sur une base individuelle et standardisée et les évaluons quant à leur incidence sur le capital.

Les rapports exhaustifs sur les risques sont discutés avec les décideurs, c’est-à-dire avec le conseil d’administration, la direction du groupe et les comités de direction compétents pour les traduire en mesures. Des rapports établis à l’intention des autorités de surveillance complètent le dispositif. De plus, la situation de risque analysée par la gestion des risques est également prise en compte pour la rémunération des cadres. Les attributions individuelles aux divers collaborateurs dans le cadre du Performance Pool s’effectuent selon les trois critères suivants: la performance de l’équipe, l’encadrement et le comportement des collaborateurs. La proposition du supérieur hiérarchique par rapport à l’attribution fait l’objet d’une discussion dans le cercle de direction concerné ainsi que d’une comparaison par-delà les domaines et départements, et est adaptée si nécessaire. Ceci permet de garantir que les composantes comportementales, également pertinentes en termes de risque, sont aussi prises en compte au niveau de l’attribution.

Notre modèle de risque interne, qui représente de manière uniforme l’ensemble des risques commerciaux et financiers quantitatifs, constitue aussi la base pour la discussion stratégique concernant la propension au risque de Baloise Group. Les exigences en matière de capital tirées de ce modèle constituent des exigences minimales pour le capital disponible.

Le modèle de risque permet d’avoir une vue d’ensemble des principaux risques stratégiques et de leur gestion: la gestion stratégique des risques offre une perspective claire pour le développement de nouveaux domaines d’activité et pour l’optimisation du rapport risque-rendement de nos activités existantes.

Les exigences de résultat des différentes entités, lesquelles tiennent compte de la situation de risque spécifique à ces entités, constituent un élément essentiel du système de gestion des risques. Ces exigences font partie de la fixation des objectifs des équipes d’encadrement locales.

En tant que compagnie d’assurances européenne aux racines suisses, nous faisons preuve d’un bilan solide et d’une forte rentabilité opérationnelle optimisés en termes de prise de risques et de perspectives de rendement.

L’agence de notation Standard & Poor’s a le 27 juin 2018 revu à la hausse la notation des sociétés de Baloise Group, passant de «A» avec perspective positive à «A+» avec perspectives stables. Standard & Poor’s salue ainsi la capitalisation exceptionnelle de la Baloise, qui d’après le modèle de capitalisation de S&P est facilement au-dessus du niveau AAA, sa rentabilité opérationnelle élevée, sa solide gestion des risques et sa forte position concurrentielle sur ses principaux marchés.

Stefan Nölker

Responsable Group Risk Management

Téléphone

Telefon +41 58 285 78 78

E-mail

stefan.noelker@baloise.com

En savoir plus sur le développement durable

Gouvernance d'entreprise

Environnement