C-Level Insights | Tout est bien qui finit bien?

Carsten Stolz
30 mars 2021
C-Level Insights
La gestion de la situation de crise actuelle comporte de nombreuses facettes et, à mesure que le temps passe, la prise de conscience augmente et, avec elle, le danger de succomber à une erreur de jugement a posteriori. Les lignes suivantes regardent peu vers le passé et davantage vers l’avenir. Elles visent à faire prendre conscience du fait que les mesures de crise temporaires ne doivent pas conduire à un durcissement permanent de la réglementation.

Il y a un an, les statistiques sont soudainement devenues réalité

Avec une probabilité d’occurrence de 1%, les pandémies ont toujours été un événement extrêmement marginal dans les statistiques de gestion des risques d’une compagnie d’assurance. Il y a un an, cependant, les statistiques sont soudainement devenues réalité lorsque la théorie des probabilités a été confrontée à la pandémie de coronavirus.

L’ordre est important

Les réflexions suivantes adoptent le point de vue de l’actionnaire. Pas principalement, mais en aval. C’est pourquoi l’ordre joue un rôle important: on adopte le point de vue de l’actionnaire après que les preneurs d’assurance ont reçu leurs prestations, que les fournisseurs et les partenaires ont été payés, que les impôts et les cotisations sociales ont été payés et que les coûts réglementaires ont été supportés, après que les employés ont été rémunérés et que les ressources naturelles ont été utilisées de manière responsable. En fin de compte, c’est l’actionnaire qui assume le risque entrepreneurial: il a fourni le capital risque et s’attend à être indemnisé de manière équitable. Cela nous amène au point de départ: le caractère de l’action de la Bâloise Holding SA.

Point de départ: l’action de la Bâloise Holding SA est une action à dividende

En tant que société cotée en bourse, Baloise Group, avec son flottant de 100%, appartient aux actionnaires. La nature du modèle économique fait des actions d’assurance des actions à dividendes et à rendement élevés, que les investisseurs privés et institutionnels détiennent en raison de leur capacité de paiement et de leur fiabilité.

Début de la réglementation: l’AEAPP déclenche des restrictions au début de la pandémie

Début avril 2020, l’Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles (AEAPP), un organe consultatif européen indépendant, a recommandé d’urgence, suite à la pandémie, de renoncer aux dividendes et aux rachats d’actions, invoquant la nécessité de préserver la fonction de transfert de risques des compagnies d’assurance. Dès lors, une discussion issue de la situation particulière s’est superposée aux cadres réglementaires et au droit des sociétés anonymes existants. En outre, les compagnies d’assurance, en tant que prestataires de services financiers, ont été mises dans le «même panier» que les banques. L’argument de la symétrie des sacrifices a été plus ou moins directement avancé: il est impossible que le monde souffre et que les actionnaires reçoivent leurs dividendes comme si de rien n’était. Il s’agit notamment des caisses de pension, qui accumulent des actifs et versent des rentes dans le cadre d’un système de capitalisation.

« Cette exigence ne tenait pas compte du fait qu’il existe des actionnaires dont le modèle économique est basé sur les produits courants, c’est-à-dire les dividendes, dépendants des actions. »

Casten Stolz, CFO Baloise Group

Poursuite de la réglementation: des exigences fortement restrictives de la part de la Banque nationale de Belgique (BNB), légitimées par l’AEAPP

Après la saison des dividendes au premier semestre 2020, la discussion ci-dessus a été quelque peu oubliée. Un silence trompeur. En décembre 2020, l’AEAPP a de nouveau exhorté les assureurs à faire preuve d’une «extrême prudence» dans le versement de dividendes, eu égard à la crise sanitaire. Les distributions de l’année prochaine ne devraient à nouveau «pas dépasser les limites de la raison» et ne devraient pas mettre en péril la capitalisation des assureurs. Les autorités de surveillance de chaque pays devront veiller à ce que les entreprises tiennent compte, dans leur planification de la solvabilité, de l’incertitude quant à l’ampleur et à la durée de l’impact de la pandémie sur les marchés financiers et de ses conséquences sur leurs modèles d’entreprise et leur planification financière.

Contrairement aux interventions nationales, celles de l’AEAPP sont difficilement attaquables: les «recommandations» sont émises de manière indépendante et sans discussion politique préalable. Cependant, elles confèrent une plus grande légitimité aux interventions nationales ultérieures. À ce jour, les autorités nationales de surveillance ont accepté cette invitation de différentes manières.

Les orientations de la BNB publiées fin janvier 2021 montrent que la question de la distribution prendra encore plus d’ampleur à l’approche de la saison des dividendes 2021, accélérée en partie par des niveaux de solvabilité généralement plus faibles.

Le réseau belge est étroitement tissé et le feu vert est strictement subordonné aux conditions suivantes: (1) si le dividende proposé n’est pas supérieur aux dividendes maximums de 2018 et 2019; (2) si la solvabilité est d’au moins 150%; (3) si le dividende proposé est inférieur à 10% des capitaux propres de solvabilité.

Et donc?

La base réglementaire applicable aux «conditions normales» a été relevée (espérons qu’elle ne soit vraiment que temporaire). Un ratio de solvabilité de 100% signifie qu’une entreprise est en mesure de faire face à toutes ses obligations en une seule fois. Le calcul de solvabilité et son mécanisme sont remis en question si le calcul ou la signification de la solvabilité est modifié (au lieu de 100%, on exige soudainement 150%). 

Elles complexifient également la constitution d’un groupe d’une manière qui ait du sens d’un point de vue commercial et financier si des économies de gamme et une plus grande efficacité du capital ne peuvent être obtenues par le biais de la réglementation nationale.  

Avec de telles réglementations augmentant la limite de distribution du mécanisme de solvabilité, les dividendes peuvent soudainement devenir incertains sans que cela soit sous le contrôle direct de l’entreprise. Il en résulte une baisse de la confiance des investisseurs, qui peut avoir des conséquences désastreuses sur le coût et la levée de capitaux et sur l’évaluation de la solidité de l’entreprise.

L’issue reste incertaine: tout est bien qui finit bien? Ou bien les fantômes invoqués par la pandémie vont-ils nous hanter?

Aujourd’hui, tous ces développements sont devenus réalité, alors qu’avant la pandémie, ils n’étaient «que» des scénarios ayant très peu de chances de se produire. Et – tout du moins à partir d’aujourd’hui pour l’exemple belge – avec une limite de temps (dans le cas de la Belgique jusqu’à fin septembre 2021 pour l’heure).

Dans leurs intentions positives, les régulateurs font bien de garder à l’esprit le principe de proportionnalité et l’effet de la force et de la contre-force. Il n’apporterait que peu de valeur ajoutée si les règles du jeu venaient à changer: les entreprises pourraient être enclines à transférer des liquidités des filiales vers les sociétés mères par le biais de paiements d’intérêts ou de prix de transfert plutôt que de dividendes. Il en va de même pour l’utilisation accrue du transfert interne de risques dans sa fonction de substitut du capital. Tout cela légitimerait davantage la réglementation et la surveillance, car les nouveaux terrains de jeu seraient ensemencés par des asymétries d’information naturellement accrues. Il en résulterait une plus grande complexité et des coûts réglementaires supplémentaires.

Il reste à voir si, après la pandémie (si tant est qu’il y ait un «après» clair), les mesures réglementaires spéciales prises seront complètement retirées. Plus la transition vers l’«après» est floue, plus il est probable que les mesures spéciales seront rapidement établies et ne seront que lentement et partiellement révisées.

Une gouvernance d’entreprise responsable a besoin d’espace

Tout est bien qui finit bien? Ou bien les fantômes invoqués par la pandémie vont-ils nous hanter? Cela ne sera clair qu’a posteriori. Dans les mois à venir, le retrait des réglementations restrictives imposées par la pandémie est nécessaire afin que la gouvernance d’entreprise responsable du secteur privé ait de l’espace pour l’avenir.