Cours de affaires | Résultats semestriels 2021

26 août 2021
Cours de affaires sur les résultats annuels 2021.

Cours de affaires

Aperçu général, bénéfice, volume d’affaires et capitalisation

La Baloise a réalisé un bon premier semestre 2021 et montre une fois encore que son modèle économique, élaboré pour une réussite durable, est résilient en temps de crise. Bien que les très fortes tempêtes, principalement en Suisse, de juin 2021 aient généré des charges nettes de 40,1 millions de CHF, l’entreprise a pu présenter un bilan solide. Suite aux inondations et événements climatiques extrêmes de juillet 2021, qui ont durement affecté tous les marchés de la Baloise, celle-ci s’attend, compte tenu des informations actuellement disponibles, à une charge nette supplémentaire se chiffrant à un nombre élevé de dizaines de millions pour le second semestre. Les effets des tempêtes se reflètent également sur le taux sinistres-coûts net, qui a été impacté de 2,1 points de pourcentage pour s’établir à 92,3%.

Malgré la situation de sinistre du premier semestre, la Baloise a pu afficher un solide bilan à la clôture du premier semestre avec un bénéfice actionnarial de 302,3 millions de CHF, soit 70,1% de plus celui de la période précédente. 

Non seulement la pandémie de Covid-19, mais aussi les récents événements climatiques extrêmes montrent que les assurances constituent une institution indispensable dans les sociétés pour atténuer les dommages financiers et sécuriser les moyens d’existence. La Baloise a toujours honoré cette promesse et soutenu des milliers de clients grâce à la fiabilité de ses prestations. La croissance de notre volume d’affaires, qui enregistre une progression d’un bon 9,2%, indique également que cette démarche axée sur le client est bien appréciée.

Combined Ratio Net Performance (pour cent, premier semestre)

Combined Ratio 2021 Baloise

La Baloise a poursuivi ses activités dans ses domaines cibles au cours des six premiers mois de l’exercice 2021. Le cœur de métier de l’assurance a continué d’être optimisé, les prestations du segment gestion d’actifs et banque ont continué d’être développées et de nombreuses coopérations prometteuses ont été engagées dans les écosystèmes «Home» et «Mobilité». La culture d’entreprise unique en son genre de la Baloise, les progrès réalisés dans la transformation numérique et le maintien d’une forte rentabilité témoignent de la résilience de l’entreprise, même dans les temps difficiles. La Baloise se trouve ainsi en bonne voie pour atteindre tous les objectifs stratégiques de la phase 2017-2021 d’ici la fin de l’année et démarrer sur des bases solides la nouvelle phase stratégique «Simply Safe: Season 2».

Bénéfice

Avec 302,3 millions de CHF, le bénéfice actionnarial à la clôture du premier semestre 2021 est supérieur de 70,1% à celui de la même période l’année précédente, qui s’élevait à 177,7 millions de CHF. La clôture du premier semestre 2020 avait été fortement marquée par les charges de sinistres liées à la pandémie et par les turbulences sur les marchés financiers. Dans le contexte des événements de l’année dernière, le premier semestre 2021 a ainsi enregistré une amélioration du bénéfice, qui a pu être réalisé malgré les prestations considérables qu’il a fallu fournir à la suite des dommages causés par les tempêtes en Suisse au mois de juin. Tous les secteurs d’activité ont contribué à l’augmentation du bénéfice. La reprise des marchés financiers et des taux d’intérêt a eu un effet positif sur la situation. 

Avec 365,5 millions de CHF, le bénéfice avant impôts (EBIT) était supérieur de 36,1% à celui de l’année précédente (268,6 millions de CHF).

Volume d’affaires et taux sinistres-coûts

Le volume d’affaires a évolué de manière très satisfaisante au premier semestre 2021. Établi à 5 885,3 millions de CHF pour une croissance de 9,2%, il a nettement dépassé celui de la même période de l’année précédente (année précédente: 5 389,2 millions de CHF). Toutes les unités nationales ont contribué à cette forte progression. La croissance a pu atteindre 7,8% en monnaie locale. En plus d’une bonne croissance organique dans toutes les sociétés nationales, notamment dans l’attrayant segment non-vie, l’intégration totale du portefeuille non-vie d’Athora en Belgique a également participé à cette évolution positive.

L’évolution du taux sinistres-coûts net montre que cette croissance est durablement profitable. Malgré les charges dues aux événements climatiques du mois de juin, qui ont affecté le taux sinistres-coûts de 2,1 points de pourcentage, celui-ci se situait, avec 92,3%, dans la moitié inférieure de la fourchette cible de 90% à 95% annoncée (année précédente: 91,1%).

Capitalisation et fonds propres

Même dans le contexte actuel difficile, la Baloise s’avère une entreprise sérieuse, disposant de moyens financiers importants et présentant un bilan solide. Les fonds propres consolidés à la clôture du premier semestre 2021 ont augmenté de 1,6% par rapport à l’exercice 2020 et s’élèvent à 7 100,8 millions de CHF (2020: 6 985,7 millions de CHF). L’agence Standard & Poor’s a confirmé au mois de juin 2021 la note «A+» de Baloise Group. Elle a ainsi honoré ainsi la remarquable capitalisation de la Baloise, qui se situe largement au-dessus du niveau AAA selon le modèle de capitalisation de S&P, sa rentabilité opérationnelle élevée, son excellente gestion des risques et sa solide position concurrentielle sur les marchés clés lucratifs. La note de la société allemande Basler Sachversicherungs-AG a été portée de «A» (avec perspective positive) à «A+» (avec perspective stable) en raison de l’amélioration durable de sa profitabilité. 

Le programme de rachat de plus de 3 millions d’actions initié en avril 2017 a été entièrement réalisé en mars 2020 et les actions ont été détruites en juillet 2021, comme annoncé. Ce programme a permis de reversé 481,2 millions de CHF aux actionnaires.

Segment non-vie: très bonne croissance sur tous les marchés et taux sinistres-coûts de nouveau solide 

Le volume des primes du segment non-vie a évolué de manière positive au premier semestre 2021. En plus de la croissance organique dans toutes les unités d’affaires, l’acquisition du portefeuille d’Athora, entièrement réalisée au cours du premier semestre 2021, a également contribué à cette évolution réjouissante. Le volume des primes du segment non-vie a fortement augmenté de 8,2% pour atteindre 2 617,3 millions de CHF (année précédente: 2 419,5 millions de CHF). La croissance a été de 6,4% en monnaie locale.

En Suisse, avec 1 067,2 millions de CHF, le volume des primes a augmenté d’un bon 1,0% par rapport à celui de la même période de l’année précédente (année précédente: 1 056,5 millions de CHF). En Allemagne, le volume des primes du segment non-vie a pu être augmenté d’un très bon 6,0% pour atteindre 518,3 millions de CHF (année précédente: 488,8 millions de CHF). La Basler Deutschland s’est développée dans le secteur attrayant de la clientèle privée et de la clientèle d’entreprise et a ainsi encore, comme prévu, amélioré le business mix. Pendant la période examinée, la Belgique a clairement profité de l’acquisition du portefeuille d’Athora et a augmenté son volume de primes du segment non-vie de 17,3% pour atteindre 906,5 millions de CHF (année précédente: 772,7 millions de CHF). La croissance organique hors acquisition s’élevait à 4,6% en monnaie locale et à 14,1% globalement. L’entité belge contribue ainsi à une diversification stabilisatrice du portefeuille au niveau du groupe. Le Luxembourg a également enregistré une excellente croissance de 7,2% pour atteindre 90,4 millions de CHF (année précédente: 84,3 millions de CHF). Cela correspond à une croissance de 4,2% en monnaie locale. Ces bons chiffres de croissance valident la stratégie de commercialisation nouvellement mise en place dans le secteur attrayant des petites et moyennes entreprises. 

Avec 166,2 millions de CHF, soit une augmentation de 22,5%, le bénéfice avant impôts (EBIT) du segment non-vie est nettement supérieur à celui de l’année précédente, qui avait été fortement impactée par la pandémie de Covid-19, (année précédente: 135,7 millions de CHF). Les événements climatiques du mois de juin ont grevé le bénéfice avant impôts de 40,1 millions de CHF. Par ailleurs, la fréquence des sinistres s’est sensiblement normalisée par rapport à la période précédente en raison des l’assouplissement des mesures sanitaires contre le Covid-19. La profitabilité du secteur non-vie reste toutefois très bonne, ce qui souligne la grande qualité du portefeuille non-vie de la Baloise. Avec 92,3%, le taux sinistres-coûts net a pu être maintenu à un bon niveau (année précédente: 91,1%). Cette augmentation résulte de la normalisation de la fréquence des sinistres et d’une baisse des bénéfices de liquidation. Avec 92,5% (année précédente: 92,0%), respectivement 92,7% (année précédente: 93,1%), le taux sinistres-coûts net est resté à un niveau positif en Belgique et en Allemagne. Malgré les tempêtes, la Suisse a pu afficher une bonne valeur de 91,2%.

La forte augmentation à 96,7% du taux sinistres-coûts au Luxembourg est due aux effets positifs du semestre précédent, aux dommages causés par les tempêtes et les intempéries au printemps 2021 ainsi qu’à une baisse des bénéfices de liquidation. Alors que les tempêtes de l’été ont principalement affecté l’unité Suisse jusqu’au 30 juin, les inondations de juillet vont impacter les résultats de toutes les unités d’affaires. Suite aux inondations et événements climatiques extrême du mois de juillet 2021, qui ont fortement touché tous les marchés de la Baloise, cette dernière s’attend à une charge nette supplémentaire considérable pour le second semestre, à la hauteur d’un montant élevé de plusieurs dizaines de millions. 

Segment vie: forte contribution au bénéfice

Le segment vie est en bonne santé. Le volume d’affaires a augmenté de 10,0% par rapport à la même période de l’année précédente pour s’établir à 3 268,0 millions de CHF (année précédente: 2 969,7 millions de CHF), l’accroissement du volume des primes à caractère de placement ayant notamment contribué à cette augmentation. La hausse s’est élevée à 8,9% en monnaie locale. 

Malgré une politique de souscription sélective, les primes brutes comptabilisées de l’assurance-vie traditionnelle ont pu augmenter de 2,4% pour atteindre 2 220,8 millions de CHF (année précédente: 2 168,1 millions de CHF). La croissance a été de 2,0% en monnaie locale. Avec 1 879,4 millions de CHF au total, l’entité suisse a enregistré 1,4% de primes brutes supplémentaires par rapport à la même période de l’année précédente (année précédente: 1 852,6 millions de CHF). L’entité allemande a également enregistré une bonne croissance dans le segment vie avec une augmentation de 11,2% des primes brutes pour atteindre 199,3 millions de CHF (année précédente: 179,2 millions de CHF). Cela représentait une croissance de 8,1% en monnaie locale. L’augmentation du volume d’affaires a résulté d’une intensification de la coopération avec les courtiers et d’un nouveau produit d’assurance-vie et a été réalisée dans le segment attrayant des risques biométriques et des produits exigeant peu de capital.

En Belgique, les primes brutes comptabilisées sont restées au niveau de celui de la même période de l’année précédente avec mit 92,1 millions de CHF (année précédente: 92,2 millions de CHF). Au Luxembourg, les primes brutes comptabilisées du segment vie ont fortement augmenté de 13,5% pour atteindre 50 millions de CHF (année précédente: 44,1 millions de CHF), les nouveaux partenariats de commercialisation avec des courtiers s’étant ici avérés particulièrement efficaces. La croissance en monnaie locale s’est élevée à 10,3%.

Le volume des primes à caractère de placement a connu une forte reprise. Il a augmenté d’un très bon 30,6% par rapport à la même période de l’année précédente pour atteindre 1 047,2 millions de CHF (année précédente: 801,6 millions de CHF). La raison essentielle de cette forte croissance est la reprise du segment «Freedom of Service», qui a énormément souffert de la volatilité du marché au cours des années précédentes. Avec plus de 13 milliards de CHF d’actifs sous gestion, la Baloise reste un acteur majeur de ce segment.

Le volume des primes à caractère de placement a également augmenté en Suisse et en Allemagne. La Suisse a pu enregistrer une hausse de 32,1% pour atteindre 53,2 millions de CHF (année précédente: 40,2 millions de CHF).

À clôture du premier semestre, l’EBIT du segment vie s’élevait au très bon chiffre de 194,6 millions de CHF et était supérieur de 48,2% à celui de la même période de l’année précédente (année précédente: 131,3 millions de CHF). L’évolution favorable des marchés financiers et la légère amélioration de la situation des taux d’intérêts ont notamment contribué à ce très bon résultat. Le business mix a pu continuer d’être amélioré dans le segment vie.
La marge d’intérêt a légèrement reculé, mais reste à un très bon niveau avec 97 points de base (2020: 102 points de base). Le taux moyen garanti de l’assurance- vie traditionnelle a diminué de 4 points de base pour s’établir à 1,1% (chiffre arrondi) (2020: 1,1%).

La marge sur les nouvelles affaires du segment vie a augmenté à 47,6% (année précédente: 44,9%) au premier semestre 2021, notamment en raison de l’amélioration du business mix des nouvelles affaires en Belgique et en Suisse.

Volume d'affaires 2020 (brut) par unités d'affaires stratégiques (en pourcentage)

Business Volume Half-Year Results 2021 Baloise

Avec un EBIT de 37,0 millions de francs contre 42,6 millions en 2019, le segment  gestion d’actifs et banque signe un résultat semestriel solide.  Alors que la gestion d’actifs a bien résisté aux turbulences des marchés, les investissements extraordinaires que la Baloise Bank SoBa consacre à une optimisation et une amélioration de ses structures de distribution visant à renforcer ses activités futures représente pour l’immédiat une charge non récurrente. 

Avec ses 615,8 millions de francs, le résultat du placement des avoirs d’assurance est inférieur aux 670,4 millions de francs de l’année précédente.  

L’environnement des taux d’intérêt s’est encore durci au premier semestre de 2020. Les 571,6 millions de francs de produits récurrents sont inférieurs à ceux de la période de référence (année précédente : 615,0 millions de francs). Il s’agit là d’une conséquence directe de la baisse du rendement que génère le réinvestissement des obligations et des hypothèques. Les gains nets portés au compte de résultat dépassent de 64,7 millions de francs les 311,3 millions de francs du premier semestre de 2019. Comparés à ceux de la même période de l’année précédente, les correctifs de valeur ont connu une augmentation de 100 millions de francs, à 148,5 millions de francs, pour la plus grande partie imputable aux turbulences que la pandémie du coronavirus a infligées aux marchés actions. Le résultat des monnaies, qui est de -55.4 millions de francs, a pour cause les frais de couverture des risques de change ainsi que les effets monétaires liés à la partie non couverte de l’exposition aux monnaies étrangères. Le résultat du placement des avoirs d’assurance, légèrement inférieur à celui de l’année précédente (1,2%) correspond à un rendement net de 1,0%. Les corrections des marchés actions et le développement du spread se sont traduits par un repli des plus-values non réalisées. La performance IFRS des avoirs d’assurance (modifications nettes de la valeur des placements sans effet sur le résultat comprises, mais hors modifications de la valeur des instruments de fonds détenus jusqu’à l’échéance) s’établit à 0,6%, en baisse de 3,3 points de pourcentage sur l’année précédente. Dans un contexte défavorable, la Baloise est parvenue à augmenter de 341 millions de francs les fonds de tiers. Depuis le début de la réorientation stratégique intervenue en 2017 ont été acquis pour 2,4 milliards de francs d’avoirs de la clientèle.

L’économie et les bourses se sont nettement redressées au cours du premier semestre 2021. Les investisseurs en actions peuvent se féliciter d’un premier semestre très satisfaisant. À la fin du mois de juin, le Swiss Market Index était supérieur de 12% à sa valeur du début de l’année. Mais la reprise des anticipations inflationnistes a également accompagné les réouvertures économiques et le maintien de mesures de politique économique généreuses, ce qui a entraîné une hausse des taux. Les taux sans risque ont augmenté de 36 points de base, respectivement 33 points de base, en Allemagne et en Suisse. Les primes pour emprunts d’entreprises ont continué de baisser.

Avoirs d' assurance: Un rendement solide des placements

Avec 649,2 millions de CHF, le résultat du placement des avoirs d’assurance est supérieur au niveau de l’année précédente (615,8 millions de CHF), qui avait été affecté par les turbulences des marchés au premier trimestre 2020. En raison de la persistance de taux bas, les produits récurrents ont légèrement reculé à 556,7 millions de CHF par rapport à l’année précédentes (571,6 millions de CHF). Cette tendance négative a quelque peu été atténuée par un redéploiement en Private Debt et par la transformation des emprunts d’entreprise en spreads de crédit attrayants. 

Avec 177,2 millions de CHF, les bénéfices enregistrés dans le compte de résultats sont inférieurs de 134,2 millions de CHF à ceux de l’année précédente. Comparés à ceux de l’année précédente, les correctifs de valeur se sont nettement améliorés et sont inférieurs de 138,6 millions de CHF, ce qui est dû à l’évolution favorable des marchés au premier trimestre 2021.

Le résultat des frais de couverture des risques de change et des effets monétaires s’est amélioré de 50,6 millions de CHF, pour atteindre -4,8 millions de CHF, en raison de la baisse des frais de couverture des risques de change et de l’évolution des taux de change sur la partie non couverte. 

Le résultat du placement des avoirs d’assurance réalisé correspond à un rendement net de 1,1% et est supérieur à celui de l’année précédente (1,0%). Les plus-values non réalisées ont baissé de 382,8 millions de CHF en raison de la hausse des taux. La performance IFRS des avoirs d’assurance (modifications nettes de la valeur des placements sans effet sur le résultat y compris, mais hors modifications de la valeur des instruments de fonds détenus jusqu’à l’échéance) s’établit à 0,4%, légèrement inférieure à celle de l’année précédente (0,6%). 

Croissance durable des fonds de clients tiers

Le total des actifs gérés par la Baloise Asset Management s’élevait à 67,2 milliards de CHF au 30 juin 2021 (2020: 66,2 milliards de CHF). Cette augmentation de volume est due de la performance ainsi qu’à l’arrivée d’argent frais dans le segment des clients tiers.

Au cours du premier semestre 2021, des Net New Assets d’un montant de 505,5 millions de CHF ont afflué dans le segment des clients tiers. Cela correspond à une croissance de 48% par rapport au chiffre du premier semestre de l’année précédente. Le volume a ainsi nettement augmenté dans le segment des clients tiers et la dynamique de la croissance s’est accélérée. Les moteurs principaux de cette croissance ont été les afflux de mandats et le segment de la gestion de fortunes de l’entité suisse. 

Avec 42,3 millions de CHF, le résultat global du segment gestion d’actifs et banque est nettement supérieur au niveau de l’année précédente (37,0 millions de CHF). Cette différence est essentiellement due aux effets spéciaux de 2020 résultant des provisions constituées pour le lancement de la stratégie omnicanal de la Baloise Bank SoBa. 

Le Baloise Swiss Property Fund a procédé du 10 au 19 août 2021 à une nouvelle augmentation de capital de quelque 135 millions de CHF, permettant de tenir compte du besoin des investisseurs d’un développement des placements immobiliers.

La coopération stratégique initiée à l’été 2020 via une participation à la société Tolomeo Capital AG a pu être mise en œuvre avec succès au niveau opérationnel. La gamme de produits des BFI Systematic Fonds, qui s’adressent aux investisseurs individuels, a bénéficié d’une amélioration sensible de la qualité des produits et d’une adaptation au changement de conditions des marchés financiers grâce à une démarche innovante basée sur des règles.

Écosystème Home

La Baloise a poursuivi le développement de son écosystème Home au premier semestre également. L’annonce de l’intention de l’UBS d’engager avec la Baloise un partenariat stratégique dans l’écosystème commun «Home & Living» a constitué une étape décisive dans l’expansion du réseau de partenaires. Cette coopération stratégique doit permettre aux clientes et aux clients de bénéficier de services complémentaires couvrant les besoins essentiels des propriétaires immobiliers, depuis le financement jusqu’à l’entretien de leurs biens, en passant par la couverture des risques. Les plateformes bien établies Atrium et key4 de l’UBS, les initiatives «Home» de la Baloise, des participations déjà existantes et potentielles des deux entreprises ainsi que d’autres partenariats éventuels avec des tiers doivent en constituer la base. Les différentes coopérations et la participation à des start-up suisses innovantes telles que Houzy, Devis, MOVU, Bubble Box ou Batmaid ont posé les fondements d’un réseau de prestations de services, qui, aujourd’hui déjà, facilite la vie quotidienne de ses clientes et clients. 

Écosystème Mobilité

Le développement de l’écosystème Mobilité s’est également poursuivi au premier semestre 2021. 

Au mois de janvier, la filiale de la Baloise en Belgique «Mobly» a annoncé que sa plateforme de recherche VROOM.be coopérait désormais avec la plateforme de crédit Mozzeno. VROOM.be touche un vaste public avec quelque 17 millions de visiteurs et plus de 32 000 annonces par an. Mobly se concentre sur un éventail de services de mobilité plus complet et très convivial. Le service de crédit automobile numérique et efficace de Mozzeno permet à Mobly de proposer des crédits équitables avec des investisseurs locaux. La plateforme de mobilité Mobly fait partie de l’écosystème Mobilité de la Baloise depuis 2018.

Au mois d’avril, la Baloise a annoncé son investissement dans l’entreprise d’autopartage peer to peer danoise GoMore. Avec cet investissement de quelque 5 millions d’euros, elle cible le marché en pleine expansion de la mobilité durable. GoMore donne à ses membres la possibilité de partager, dans le cadre de la location ou du covoiturage, des voitures privées, qui, pour la plupart, sont également mises à disposition à des prix avantageux sous forme de véhicules en leasing par l’intermédiaire de GoMore. Ces offres complètent de manière idéale les services de l’écosystème Mobilité que proposent des partenaires déjà existants tel que Mobly, Gowago, Ben Fleet Services, Stratos*, Drivolution ou aboDeinauto, par exemple.

Afin de promouvoir le plus rapidement possible les idées novatrices, la Baloise a lancé au mois de mai son propre accélérateur de mobilité sous l’adresse Mobility@Baloise. Cette initiative va de pair avec le lancement de la plateforme d’information www.baloise.com/mobility, qui constitue pour les start-up et les jeunes entrepreneurs intéressés le nouveau portail d’accès à l’écosystème Mobility@Baloise. Cette initiative a généré une importante demande, plus de trois douzaines de start-up très intéressantes ont été présélectionnées. Un tiers d’entre elles participent désormais au programme d’accélérateur de mobilité. 

Au mois de juillet 2021, la Baloise a annoncé la création de la start-up Parcandi, entreprise née d’une campagne d’innovation interne. Parcandi met en contact les personnes cherchant une place de stationnement et les propriétaires d’emplacements de stationnement inutilisés. La réservation des places de stationnement s’effectue en quelques clics via une application web. Parcandi réinvente ainsi le parking: finies les recherches interminables et stressantes d’une place de stationnement. Sur www.parcandi.ch, les automobilistes peuvent réserver la place souhaitée jusqu’à deux heures à l’avance ou s’y garer spontanément et y laisser leur voiture aussi longtemps qu’ils le veulent. Le paiement s’effectue ensuite en ligne par carte de crédit. Seule la durée de stationnement effective est facturée, la réservation est gratuite pour une durée maximale de deux heures. Le système de commande de l’ouverture des parkings couverts et d’affichage de la disponibilité des places, mis au point par Parcandi lui-même, peut s’adapter facilement pour le loueur et s’étendre à volonté à d’autres parkings couverts. Parcandi peut ainsi étendre rapidement son offre à de nouveaux emplacements de stationnement et à de nouvelles villes. L’entrée des immeubles d’habitation et des immeubles commerciaux ainsi que les places de stationnement se reconnaissent au logo de Parcandi. Et la place de stationnement sur le lieu de destination peut se réserver en quelques secondes via www.parcandi.ch en indiquant son numéro de plaque d’immatriculation et son numéro de téléphone.

*Anciennement Carhelper.

L’assurtech FRIDAY a lancé avec succès son activité d’assurance en France le 30 juin 2021 avec une assurance multirisque habitation. FRIDAY stimule ainsi le développement d’une plateforme multipays et accélère simultanément sa croissance. L’on examine en outre la possibilité pour l’assurtech de s’ouvrir à de nouveaux investisseurs tiers dans le cadre d’un tour de table de financement. Le montant des primes brutes de FRIDAY a pratiquement doublé chaque année depuis sa création et dépassait les 30 millions de CHF fin 2020. Cette croissance s’est déroulée à la grande satisfaction des clients et avec une amélioration continue du taux de sinistre. FRIDAY entend poursuivre sa croissance en 2021. Selon les prévisions, FRIDAY devrait atteindre un volume d’affaires de plus de 160 millions de CHF d’ici 2025.

Cliquer ici pour avoir un aperçu des projets d’innovation de la Baloise depuis le démarrage de «Simply Safe»: www.baloise.com/innovations

La Baloise a une nouvelle fois prouvé au premier semestre 2021 qu’elle pouvait enregistrer de bons résultats dans l’adversité en développant des activités prévisionnelles et durables. La solidité persistante de son bilan, sa bonne profitabilité et le développement réjouissant de son volume d’affaires le démontrent de manière impressionnante à la clôture du premier trimestre 2021. La Baloise se trouve ainsi en bonne voie pour atteindre tous les objectifs stratégiques en cours jusqu’à fin 2021. Elle a établi de bonnes bases pour attaquer avec dynamisme la prochaine phase stratégique «Simply Safe: Season 2». L’entreprise entend d’ici 2025, en l’espace de quatre ans, entrer dans le top 5% de tous les employeurs européens, acquérir 1,5 million de nouveau clients et générer 2 milliards de CHF de liquidités. Elle a l’intention d’en distribuer de 60% à 80% sous forme de dividendes. La Baloise ambitionne en outre de continuer d’exploiter l’énorme potentiel de croissance de son assureur numérique FRIDAY. Par ailleurs, les deux piliers «Assurance» et «Gestion d’actifs & Banque», plus un nouveau troisième pilier, constitué des écosystèmes Home et Mobilité et d’autres innovations, devraient permettre de réaliser un volume d’affaires supplémentaire de 350 millions de CHF et de générer une valeur de l’ordre de 1 milliard de CHF dans les nouveaux secteurs d’activité.

Plus d'information

Résultats semestriels

Les informations et publications sur les résultats semestriels.

Lettre aux actionnaires

Lettre aux actionnaires sur les résultats semestriels 2021.