La Baloise et les intempéries en Suisse: étude et innovations

Bâle, 2 juillet 2019. La Baloise lance sa première étude sur la grêle. En Suisse, les dommages dus à la grêle occasionnent chaque année des frais qui se chiffrent en millions aussi bien dans les exploitations agricoles et les entreprises que chez les particuliers. Pour un assureur tel que la Baloise, la thématique des intempéries revêt une grande importance. La société a donc introduit quelques innovations pour améliorer l’efficacité du traitement des sinistres et la prévention de ceux-ci au cours des dernières années. L’étude sur la grêle de la Baloise met en lumière certaines tendances observées dans toute la Suisse et présente des informations intéressantes au sujet de la survenance des épisodes de grêle et des dommages dus à la grêle.

Lorsque les Suisses pensent à l’été et à la chaleur, des images de barbecue, de randonnée ou de baignade sous un soleil radieux leur viennent à l’esprit. Lorsqu’un assureur pense à l’été et à la chaleur, il songe bien malgré lui à un aspect supplémentaire: la grêle. La grêle et la crainte qu’elle suscite sont aussi anciennes que l’humanité elle-même. De nos jours, les particuliers et les entreprises peuvent heureusement s’assurer contre les dommages qu’elle cause, avec pour conséquence que la saison de la grêle est une période où de nombreux sinistres sont déclarés aux assureurs. Ainsi, au cours des 25 dernières années, la Baloise a recensé plus de 10 000 000 de bosses provoquées par la grêle sur des voitures et autres objets mobiliers.

Noisette, boule de billard ou balle de tennis?

Les valeurs comparatives aident à évaluer le potentiel de dommage grâce à la taille des grêlons. Très variable, celle-ci oscille entre le diamètre d’une lentille ou d’un petit pois et le volume d’une pomme, voire d’un ballon de handball. Les averses de grêle avec des grêlons d’un diamètre de 7,5 cm ou plus sont qualifiées d’événements historiques. Le dernier événement de ce type qui se soit produit en Suisse a eu lieu dans la région du Mendrisiotto (TI) le 11 juillet 2012: les grêlons étaient alors aussi grands qu’une pomme. Heureusement, les orages s’accompagnant d’épisodes de grêle de cette ampleur n’éclatent en Suisse italienne que tous les 300 ans.

Les régions les plus dangereuses

En Suisse, la grêle est surtout un phénomène régional conditionné, entre autres, par la topographie du pays. Certaines zones sont donc nettement plus touchées que d’autres. Des tendances se dessinent au niveau régional. Selon les résultats de nouvelles recherches, les lieux où il est le plus probable de subir des dommages dus à la grêle sont la région du Napf, le Jura et le Sud du Tessin. Ces résultats concordent avec les déclarations de sinistres dus à la grêle qui sont parvenues à la Baloise ces 19 dernières années. Pourtant, il reste impossible de prévoir la survenance d’épisodes de grêle d’une année à l’autre.

Le «Böögg» comme indicateur

On ne peut prédire à court terme si l’on connaîtra ou non des épisodes de grêle pendant l’année, à moins qu’on ne recoure, sans les prendre au sérieux, à des méthodes assez peu conventionnelles pour prévoir les sinistres. Le «Böögg», le bonhomme hiver brûlé lors du Sechseläuten à Zurich, semble ainsi être un indicateur de plus en plus fiable: le temps nécessaire à sa combustion, qui est compté jusqu’à l’explosion de la tête, est corrélé négativement avec le nombre de déclarations de sinistre. Ainsi, plus le temps de combustion est court, plus la Baloise enregistrera de sinistres occasionnés par la grêle. Cela paraît plausible, dans la mesure où le temps de combustion du «Böögg» présage la météo estivale. Plus la tête explose rapidement, plus l’été sera beau et chaud. Or, la chaleur est une bonne condition préalable à la survenance d’orages, et donc d’épisodes de grêle. Si l’on en croit le présage du «Böögg» pour 2019, la Baloise devrait enregistrer environ 5000 déclarations de sinistre.

La Baloise face à la grêle

«En réalisant l’étude sur la grêle et en introduisant diverses innovations dans le domaine de la prévention et du traitement des sinistres, nous nous attaquons à la thématique des intempéries et de la grêle dans son ensemble», affirme Mathias Zingg, responsable Sinistres et membre du comité de direction. Pour éviter la survenance de sinistres, la Baloise s’est fortement intéressée à la prévention; elle a ainsi introduit son avion antigrêle en 2018. Celui-ci «vaccine» les nuages d’orage repérés de façon ciblée pour empêcher la formation de gros grêlons. Chaque année, l’avion antigrêle est en service de mai à septembre en Suisse alémanique. Cette procédure est inoffensive pour l’homme et la nature. Le projet pilote, d’une durée de trois ans, est scientifiquement accompagné par l’EPF Zurich. De plus, la Baloise prend en charge ses clients de manière proactive: s’ils habitent dans une région touchée par la grêle à un moment donné, elle leur envoie un SMS ou un e-mail pour leur demander s’ils ont subi un sinistre. Si tel est le cas, ils peuvent le déclarer directement en cliquant sur le lien qu’ils ont reçu. Par ailleurs, lorsque des événements majeurs se produisent, des «drive-in grêle» sont installés dans les régions concernées. Les clients peuvent y faire examiner leur véhicule et obtenir les conseils d’un expert véhicule au sujet des possibilités de réparation et de paiement. Le traitement des sinistres s’en trouve facilité et accéléré, ce qui est particulièrement précieux dans le cas des événements majeurs.

Contact

Portrait Roberto Brunazzi

Roberto Brunazzi

Responsable Media Relations

Téléphone

+41 58 285 82 14

E-mail

media.relations@baloise.com

Plus qu’une compagnie d’assurances traditionnelle, Baloise Group concentre ses activités sur les besoins changeants de la société en matière de sécurité et de prestations de service à l’ère numérique. Les quelque 7'200 collaborateurs de Baloise Group mettent ainsi l’accent sur les souhaits de leurs clients. Un service clientèle optimal tout comme des produits et services innovants font de Baloise Group le premier choix de tous ceux qui souhaitent tout simplement se sentir en sécurité. Situé au cœur de l’Europe avec son siège à Bâle, Baloise Group agit en tant que fournisseur de solutions de prévention, de prévoyance, d’assistance et d’assurance. Ses principaux marchés sont la Suisse, l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg. En Suisse, la Bâloise Assurances et la Baloise Bank SoBa collaborent en tant que prestataire de services financiers ciblés en combinant assurance et banque. Depuis son centre de compétence au Luxembourg, Baloise Group offre des produits de prévoyance innovants aux clients privés à l’échelle européenne. L’action de la Bâloise Holding SA est cotée dans le segment principal de la SIX Swiss Exchange.

Autres actualités

Innovation

20 juin 2019

Gestion des sinistres dus à la grêle: Baloise prend les devants auprès de ses clients

Dès lors que la Baloise soupçonne des sinistres chez ses clients, elle prend contact avec eux et inverse ainsi le processus traditionnel de traitement des sinistres. D’une approche réactive, ...

Innovation

14 août 2018

L’avion antigrêle de la Baloise protège la Suisse des dommages dus aux grêlons

Déjà forte d’une longue culture de prévention et de sécurité, la Baloise inaugure avec son avion antigrêle, dernier-né de ses projets, une nouvelle et importante phase de sa stratégie de ...