La Baloise réalise un remarquable exercice 2019 et porte son dividende à CHF 6.40

Bâle, 12 mars 2020. « Une innovation soutenue, un cœur de métier très solide et deux acquisitions ont marqué un exercice 2019 extraordinairement réussi. Arrivés à plus de mi-parcours de notre phase stratégique, nous avons largement mis en place l’an dernier de quoi assurer notre avenir. Les objectifs fixés pour la satisfaction du personnel, l’augmentation du nombre de clients et le retour de liquidités sont en bonne voie de réalisation. Si les deux premières années de notre phase stratégique quinquennale Simply Safe ont vu les premiers tâtonnements sur le terrain des prestations numériques, les écosystèmes Habitat et Mobilité sont venus préciser quelles seront en la matière, ces prochaines années, les priorités de la Baloise. Tout en multipliant les initiatives numériques, nous optimisons et élargissons sans relâche le cœur de métier de l’assurance, nettement renforcé en Belgique par l’acquisition de Fidea et Athora. Le retournement observé en Allemagne s’est confirmé en 2019 et la Baloise Suisse, premier pilier de revenu du groupe, a une fois de plus fourni au résultat de celui-ci une contribution déterminante en réalisant une forte performance dans le segment vie et, plus encore, dans le segment non-vie. C’est pour moi un grand plaisir que de pouvoir à nouveau présenter un résultat annuel permettant d’associer nos actionnaires au succès de l’entreprise et de conforter l’action Baloise dans sa qualité d’investissement attractif et fiable ainsi que durable. Nous sommes bien partis pour un avenir solide et montrerons le 29 octobre 2020, lors de notre journée des investisseurs, comment la Baloise compte s’y prendre pour continuer d’assurer à toutes ses parties prenantes une création de valeur durable. » Gert De Winter, Group CEO

Progression des objectifs stratégiques « Simply Safe » en 2019

  • Satisfaction du personnel : La Baloise est entrée dans le top 15% des employeurs préférés du secteur (2018 : top 23%. Ambition 2021 :  top10%).

  • Augmentation du nombre de clients en 2019 : 209 000 nouveaux clients, soit 12% de plus que l’année précédente (2018 : 186 000). Nombre total (2017- 2019): 514 000 nouveaux clients (ambition 2017 – 2021: 1 million supplémentaire de clients).    

  • Retour de liquidités 2019 : 455 millions de francs en 2019, soit un peu plus que l’année précédente. Au total (2017 – 2019) : 1319 millions de francs (ambition 2017 – 2021: 2 milliards de francs).

Les comptes annuels 2019 en bref

  • Le bénéfice actionnarial de l’exercice 2019 est de 694,2 millions de francs, soit de 32,7% supérieur à celui de l’année précédente (2018: 523,2 millions de francs). Dans ce chiffre est compris un effet fiscal non récurrent représentant environ 148,5 millions de francs. 
  • En forte hausse, soit 9,6%, le volume d’affaires s’inscrit à 9509,9 millions de francs (2018: 8678,2 millions de francs). En plus d’une bonne croissance organique, cette progression reflète surtout deux effets : un volume de primes nettement plus élevé dans le segment vie traditionnel s’expliquant par le retrait, en Suisse, d’un concurrent de la prévoyance professionnelle proposant des solutions d’assurance complète d’une part  et l’acquisition de Fidea en Belgique d’autre part.  
  • Le rachat de la société belge Fidea NV a permis à la Baloise d’améliorer son volume de primes du segment non-vie. Pour l’exercice 2019, l’augmentation des primes brutes est de 4,0%, à 3542,1 millions de francs (2018: 3405,9 millions de francs). En progression de 7,3%, l’EBIT du segment non-vie est de 398,9 millions de francs (2018: 371,7 millions de francs). Le taux sinistres-coûts net (ratio combiné) du groupe s’est amélioré de 1,3 point de pourcentage et s’établit à un excellent niveau de 90,4%. 
  • Les primes brutes du segment vie s’élèvent à 4060,3 millions de francs, en hausse de 20,8% sur l’année précédente (2018: 3360,3 millions de francs). L’EBIT du segment vie est de 274,8 millions de francs, soit en repli par rapport au très bon résultat de l’année d’avant, où il avait par ailleurs profité d’effets non récurrents (2018: 333,2 millions de francs). Portée par une politique de souscription sélective et un meilleur business mix, la marge sur nouvelles affaires du segment vie est d’un très solide 37,3%.
  • L’Asset Management se porte bien ; le rendement net des avoirs d’assurance est de 2,3% (2018 : 2,2%). Cette légère augmentation s’explique par des prises de bénéfice un peu plus élevées que l’année précédente. Le montant net de l’argent frais généré par les clients tiers est de 841 millions de francs (2018 : 801 millions de francs).
  • Un bilan robuste : Prenant acte de l’extrême solidité de la capitalisation de la Baloise, Standard & Poor's a reconduit en 2019 sa note "A+". Éperonnés pour la plus grande partie par un montant plus élevé de gains sur placements à taux fixes non réalisés, les fonds propres s’inscrivent au très bon niveau de 6715,6 millions de francs (2018: 6008,2 millions de francs). Au SST* est attendu un taux au 1er janvier 2020 de l’ordre de 200%.
  • Finalisation du rachat de trois millions d’actions propres en avril 2020.
  • Le conseil d’administration de Bâloise Holding SA a l’intention de proposer à l’assemblée générale de 2020 une hausse du dividende à 6.40 francs par action (2018: 6.00 francs).

*Le taux SST sera publié à la fin du mois d'avril 2020.

Synthèse de l‘exercice

La Baloise a réalisé en 2019 un très bon exercice, qui convainc sur toute la ligne. Boosté par un effet fiscal non récurrent, le bénéfice actionnarial s’élève à 694,2 millions de francs, en hausse de 32,7% sur 2018. Même corrigé de cet effet, la Baloise a réalisé un très bon bénéfice, supérieur à celui de l’année précédente (2018 : 523,2 millions de francs). De 732,9 millions de francs, le bénéfice  avant impôts (EBIT), par contre, est en repli de 1,8% sur celui de l’année précédente (2018 : 737,5 millions de francs). 

En forte hausse, le volume d’affaires, qui progresse de 9,6%, à 9509,9 millions de francs, est réjouissant (2018 : 8678,2 millions de francs). En plus d’une bonne croissance organique des sociétés du groupe en monnaies locales, cette augmentation a surtout pour raison que le volume de primes du segment vie a profité, à hauteur d’environ 560 millions de francs, de ce qu’un concurrent du segment vie collective suisse s’est retiré du marché de l’assurance complète et, pour environ 46,7 millions de francs, de ce que la Baloise a acquis l’assureur belge Fidea NV. À quoi s’ajoute l’incidence d’environ 112,6 millions de francs que cette acquisition a eue sur le volume de primes du segment non-vie. L’effet que le rachat, le 4 novembre 2019, du portefeuille non-vie d’Athora aura sur le volume de primes se fera sentir pour la première fois à l’occasion des comptes semestriels 2020.

La profitabilité du portefeuille non-vie de la Baloise s’est encore améliorée par rapport à l’année précédente. Le taux sinistres-coûts de 90,4%, le plus bas enregistré à ce jour (2018 : 91,7%) témoigne de la remarquable qualité de ce portefeuille et de la sinistralité positive enregistrée en 2019. Une sinistralité qui a aussi profité à la société allemande, dont le taux sinistres-coûts net de 90,9% est nettement inférieur à la cible des 96% - 98%. 

Dans un contexte de taux hésitant, et venant après une année marquée par un effet positif non récurrent, l’EBIT de 274,8 millions de francs du segment vie fait bonne figure (2018 : 333,2 millions de francs). Faisant mentir les signaux du dernier trimestre 2019, induits par la faiblesse des taux, il dépasse allégrement l’attente la plus pessimiste de 200 millions de francs.  

Baloise Asset Management a élargi ses prestations de gestion d’actifs destinées aux clients tiers et investi dans plusieurs gros projets immobiliers. Depuis le début de la phase stratégique, en 2017, a déjà été généré un apport  d’argent frais de plus de 2 milliards de francs (2019 : environ 841 millions de francs). Dans le cadre des activités de durabilité de la Baloise, la politique d’investissement durable de Baloise Asset Management s’appliquant aux avoirs d’assurance s’étend aussi, depuis le 1er janvier 2020, à tous les produits sous propre gestion des clients tiers. Les progrès réalisés en matière de durabilité ayant été bien accueillis par le marché, la MSCI a relevé en juillet 2019 de BB à BBB la note de durabilité de la Baloise.   

Avec sa phase stratégique Simply Safe, la Baloise s’est donné pour but d’être plus qu’un assureur traditionnel. D’où les coopérations, les technologies et les idées de produit novatrices explorées ces dernières années et qui, ayant commencé en 2019 à se concentrer sur les écosystèmes Habitat et Mobilité, continueront de s’accentuer au cours des années à venir.

Aperçu général, bénéfice et volume d’affaires

Le volume de primes du segment non-vie a encore progressé, ceci grâce à l’achat de Fidea et aux 112,6 millions de francs de nouvelles primes qui s’ensuivent. S’élevant à 3542,1 millions de francs, il dépasse aujourd’hui de 4,0% celui de l’année précédente (2018 : 3405,9 millions de francs), soit une croissance de 6,5% en monnaie locale. En Suisse le volume de primes, en baisse de 0,4%, est de 1344,2 millions, c’est-à-dire du même ordre que l’année précédente. En Allemagne, il a fléchi de 1,6%, à 790,0 millions de francs, mais progressé de 2,1% en monnaie locale. En Belgique et au Luxembourg, le volume de primes a augmenté en CHF comme en monnaie locale. Profitant d’un apport de 112,6 millions de francs résultant de l’achat de Fidea, la Belgique a augmenté son volume de primes de 13,8%, à 1251,1 millions de francs (18,1% en monnaie locale). Le volume de primes du segment non-vie de l’entité belge est donc du même ordre que celui de l’entité suisse, ce dont résulte au niveau du groupe une diversification stabilisatrice des portefeuilles. Le Luxembourg a réalisé une belle croissance se chiffrant à 136,7 millions de francs, soit une progression de 1,7% en CHF et de 5,6% en monnaie locale.

En nette hausse, l‘EBIT du segment non-vie a progressé de 7,3% d’une année sur l’autre et s’établit à 398,9 millions de francs (2018 : 371,7 millions de francs). Le taux sinistres-coûts net s’est encore amélioré et s’établit à un excellent 90,4%, soit 1,3 point de pourcentage de plus que celui, déjà remarquable, de l’année précédente (2018 : 91,7%). Cette amélioration s’explique essentiellement par une sinistralité réduite et des gains d’exécution plus élevés. Nettement inférieur à la cible des 96% à 98%, le taux sinistres-coûts net de 90,9% réalisé par l’entité allemande est une nouvelle fois réjouissant.

Segment non-vie

En progression de 13,2%, à 5967,7 millions de francs (2018 : 5272,4 millions de francs), le volume d’affaires du segment vie a bénéficié, à hauteur d’environ 560 millions de francs, du retrait d’un concurrent proposant pour la prévoyance professionnelle des solutions d’assurance complète. Il en résulte pour l’assurance-vie classique un volume de primes en hausse de 20,8%, à 4060,3 millions de francs (2018 : 3360,3 millions de francs). Se maintenant au niveau de l’année précédente, le volume des primes à caractère de placement, quant à lui, est de 1907,5 millions de francs (2018 : 1912,1 millions de francs). 

L’EBIT du segment vie s’établit à 274,8 millions de francs (2018: 333,2 millions de francs), soit à un niveau qui démentit les signaux que la faiblesse des taux avait induits au dernier trimestre 2019 et dépasse de loin les 200 millions de francs annoncés par les pronostics les plus pessimistes. Son repli de 17,5% s’explique surtout par un effet non récurrent dont avait profité celui de l’année précédente. En 2018 avaient été dissoutes dans le segment vie belge des réserves devenues superflues et le résultat des risques de la Baloise Suisse avait été éperonné par une adaptation de certains fondamentaux biométriques. Tirée par une politique de souscription  d’une sélectivité persistante et un business mix plus efficace, la marge sur nouvelles affaires s’établit à 37,3%.

Segment vie

La gestion d’actifs et la banque s’affirment une fois de plus comme des sources de revenu stables. Le résultat du placement des avoirs d’assurance s’établit à 1355,7 millions de francs contre 1250,7 millions de francs en 2018. Affecté par la faiblesse persistante des taux, les produits courants se sont repliés à 1176,5 millions de francs (2018 : 1282,6 millions de francs). Le réinvestissement des obligations en francs suisses échues a été pratiquement abandonné au profit d’obligations en euros d’un meilleur rendement après coûts de couverture de change. Des investissements ciblés  en hypothèques et en Senior Secured Loans à rendement stable ont permis d’amortir quelque peu l’impact de la baisse de revenues. Le résultat généré par le placement des avoirs d’assurance correspond à un rendement net de 2,3%. Cette modeste progression par rapport à 2018 (2,2%) a pour cause une légère augmentation des gains réalisés. Tirées par les fluctuations des taux, le rétrécissement du spread et la bonne tenue du marché-actions, les plus-values non réalisées ont augmenté de 1354,7 millions de francs, si bien que la performance IFRS, qui était de 0,7% en 2018, a bondi à 4,7% (modifications nettes de la valeur des placements sans effet sur le résultat comprises, mais hors modifications de la valeur des instruments de fonds de tiers détenus jusqu’à l’échéance).

Au 31 décembre 2019, les actifs gérés par Baloise Asset Management s’élevaient à 59,7 milliards de francs, ce qui correspond à une hausse de 7% sur l’année précédente. Les opérations réalisées pour le compte des clients tiers ont fortement augmenté en 2019. Les apports d’argent frais provenant de cette clientèle s’établissent à 841 millions de francs net, en hausse de 5% sur l’année précédente.

Du même ordre que l’année précédente, l‘EBIT Asset Management et banque  est de 91,1 millions de francs (2018 : 92,1 millions de francs).

En sa qualité de gestionnaire de fortune privilégiant le long terme, Baloise Asset Management adhère déjà depuis des années aux principes du placement durable. Qu’il s’agisse des avoirs d’assurance ou des produits sous propre gestion, toutes les décisions de placement prennent depuis 2019 en considération de critères ayant trait à l’environnement, aux responsabilités sociales ainsi qu’à la gestion d’entreprise. Pour renforcer son engagement à l’endroit de ses clients, de ses actionnaires et de ses collaboratrices et collaborateurs, la Baloise est membre et des Principles for Responsible Investments (PRI) et du réseau Swiss Sustainable Finance (SSF).

Asset Management et banque

Fin 2019, les fonds propres consolidés, en hausse de 11,8% par rapport à l’année précédente, s’établissaient à 6715,6 millions de francs (2018: 6008,2 millions de francs). Cette belle progression tient à la fois au bénéfice du groupe et à une évaluation plus favorable des titres à caractère de fonds de tiers et de fonds propres en tout temps réalisables. La Baloise est donc fortement capitalisée, ce que souligne, entre autres, la note A+  confirmée en 2019 par Standard & Poor's. Au Swiss Solvency Test (SST)* est attendu un taux au 1er janvier 2020 de l’ordre de 200%. L’acquisition de Fidea, les aléas des marchés financiers et l’adaptation de certains modèles laissent présager un taux inférieur à celui de l’année précédente.

Le « Total Shareholder Return », autrement dit le rendement revenant aux actionnaires de la Baloise s’établit pour 2019 à un excellent 34%. Le programme de rachat de plus de 3 millions d’actions lancé en avril 2017 est achevé à 96% et sera définitivement bouclé en avril 2020. En  2019 ont été reversés aux actionnaires 190,0 millions de francs et depuis le commencement du programme de rachat leur étaient revenus, au 31 décembre 2019, 388,5 millions de francs. Se fondant sur la qualité du résultat et la solidité du bilan, le conseil d’administration de la Bâloise Holding SA a l’intention de proposer à l’assemblée générale de 2020 un relèvement du dividende à CHF 6.40 par action (2018: CHF 6.00). 

*Le taux SST sera publié à la fin du mois d'avril 2020.

Fonds propres et dividende

Durant l’exercice 2019, l’attention s’est cristallisée sur les écosystèmes Habitat et Mobilité, sur lesquels continuera d’être mis l’accent au cours des prochaines années.

En collaboration avec Movu, la Baloise a pris dans le cadre de son écosystème Habitat une participation à Bubble Box, une société de lavage et d’entretien du linge et des textiles, ainsi qu’à la plateforme d’artisans Devis.ch. Elle a en outre annoncé en février 2020 une prise de participation à la start-up belge Keypoint, avec laquelle il est prévu de développer un nouvel assistant numérique facilitant la gestion immobilière.  

D’autres projets sont en cours dans le domaine de la mobilité. Par exemple "ryd", un prototype de voiture connectée. Dans le courant de l’automne 2019 a été  annoncée une participation à la plateforme de leasing automobile gowago.ch.  

Depuis 2019, la start-up anversoise Mobly, qui fait partie du groupe Baloise, propose une assurance-mobilité dernier cri, couvrant, quel que soit le véhicule utilisé, chaque kilomètre parcouru par l’ensemble de la famille, laquelle ne paie que les kilomètres effectivement parcourus. 

Signant en 2019 un exercice couronné de succès – un de plus – l’assurer numérique allemand FRIDAY a acquis plus de 50 000 nouveaux clients séduits par la simplicité de ses processus et de ses produits numériques (2018 : 30 000 nouveaux clients). La moitié des nouveaux contrats ont été conclus via le canal direct de FRIDAY. Le volume de primes publié est de 17 millions de francs pour l’exercice. Bien que n’ayant assuré jusque-là que des automobilistes, FRIDAY a lancé en plus, durant l’été 2019, une assurance ménage, franchissant ainsi le premier pas faisant de lui un assureur choses numérique. En coopération avec la société Roland Versicherung, FRIDAY a commencé durant l’automne 2019 à proposer à ses clients automobilistes des polices de protection juridique et s’est assuré l’an dernier, auprès de ProSiebenSat 1Media Gruppe et de partenaires de German Media Pool, un investissement en media for equity de l’ordre de 43 millions de francs. Ces partenariats lui permettront de faire connaître ses produits d’assurance dans des environnements publicitaires de gros calibre et à cibles affines du groupe ProSiebenSat.1, tout comme via des chaînes de télévision telles que RTL II et Sport1 ou des antennes de radio et des quotidiens. 

La Baloise a continué d’investir dans son cœur de métier d’assureur afin de rendre ses processus encore plus simples pour ses clients, ce dont témoigne par exemple le projet « Easy Ask », un accélérateur du traitement des sinistres lauréat du Prix spécial de l’assurance suisse 2019.

Lien à suivre pour un aperçu général des projets d’innovation conduits depuis le début de Simply Safe: https://www.baloise.com/innovations.

Pipeline d’innovation : développement des écosystèmes Habitat et Mobilité et numérisation du cœur de métier

Les très bons résultats de l’exercice 2019 montrent que la Baloise est en bonne voie pour atteindre d’ici à 2021 les objectifs de la phase stratégique Simply Safe. Elle dévoilera lors de sa prochaine journée des investisseurs, qui aura lieu le 29 octobre 2020, la façon dont elle entend tirer parti de la phase « Simply Safe Season 2 », au-delà de 2021, pour continuer d’assurer à toutes ses parties prenantes une création de valeur durable.

Perspectives

Plus qu’une compagnie d’assurances traditionnelle, Baloise Group concentre ses activités sur les besoins changeants de la société en matière de sécurité et de prestations de service à l’ère numérique. Les quelque 7'600 collaborateurs de Baloise Group mettent ainsi l’accent sur les souhaits de leurs clients. Un service clientèle optimal tout comme des produits et services innovants font de Baloise Group le premier choix de tous ceux qui souhaitent tout simplement se sentir en sécurité. Situé au cœur de l’Europe avec son siège à Bâle, Baloise Group agit en tant que fournisseur de solutions de prévention, de prévoyance, d’assistance et d’assurance. Ses principaux marchés sont la Suisse, l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg. En Suisse, la Bâloise Assurances et la Baloise Bank SoBa collaborent en tant que prestataire de services financiers ciblés en combinant assurance et banque. Depuis son centre de compétence au Luxembourg, Baloise Group offre des produits de prévoyance innovants aux clients privés à l’échelle européenne. L’action de la Bâloise Holding SA est cotée dans le segment principal de la SIX Swiss Exchange.

Autres actualités

Résultats annuels

26 mars 2020

Publication du rapport de gestion 2019 de la Baloise abordant la nouvelle approche de durabilité

La publication du rapport de gestion 2019 de Baloise Group fait suite à celle des résultats provisoires le 12 mars 2020. Le document peut dès à présent être téléchargé et commandé. Le rapport ...

Résultats annuels

26 mars 2020

La Baloise Suisse réalise un exercice 2019 solide

La Baloise Assurances a réalisé en 2019 un résultat solide, dont témoigne un bel ensemble de chiffres. Le volume d’affaires est en nette augmentation et le bénéfice avant impôts, tout comme ...