DE EN FR Emplois Publications Durabilité Innovations
Demandes générales
Téléphone +41 58 285 85 85
Contact
Emplois Publications Durabilité Innovations
Demandes générales
Téléphone +41 58 285 85 85
Contact
DE EN FR
Investir de manière responsable au temps du coronavirus
Blog Investir de manière responsable au temps du coronavirus
Melanie Rama, Dominik Schmidlin, Agnes Neher, Kim Berrendorf 31 juillet 2020

En tant que gérant de fortune orienté sur le long terme, nous sommes convaincus que l’intégration de critères ESG dans notre processus de placement a un effet positif sur le profil rendement/risque. Les évolutions des marchés pendant la crise du coronavirus ont passablement ébranlé notre conviction, mais elle a résisté: les entreprises durables sont plus résilientes et démontrent que la perspective à long terme est plus prometteuse. Cette tendance ainsi que trois autres nous accompagneront encore longtemps à l’avenir.

Nous créons une valeur positive grâce à une gestion responsable

En tant que gérant de fortune, la Baloise Asset Management assume une responsabilité dans le domaine du placement des fonds de l’assurance du Baloise Group ainsi que des fonds de clients externes tels que les caisses de pensions. Ainsi, notre gestion a une influence directe sur notre modèle de création de valeur et sur plusieurs de nos partenaires. À travers notre approche d’un investissement responsable au sein de notre stratégie de placement, nous pouvons créer une valeur positive pour l’environnement et le climat, la société et nos clients.

Dans le domaine de l’environnement et du climat, nous pouvons, grâce à nos placements, avoir un impact positif par exemple sur les investissements dans des entreprises et des technologies respectueuses du climat. Pour la société, les investissements dans des entreprises ayant des normes sociales élevées apportent une valeur ajoutée positive. En choisissant nos produits, nos clientes et nos clients ont ainsi un impact positif sur le développement durable.

L'investissement selon COVID-19

La pandémie de coronavirus a le potentiel d'accélérer considérablement les tendances à long terme existantes. À notre avis, les conséquences les plus importantes sont la forte augmentation de la dette publique, la dé-mondialisation potentielle, l'accélération de la numérisation et la pertinence matérielle des facteurs de durabilité.

La pandémie COVID 19 a entraîné des corrections massives sur les marchés financiers à une vitesse record et l'économie mondiale a glissé vers l'une des récessions les plus profondes de l'histoire. Même si les marchés financiers se sont déjà nettement repris, les conséquences de la crise se feront sentir non seulement à court terme, mais aussi, et surtout, à long terme. Ci-après, nous mettrons en évidence quatre tendances qui, selon nous, revêtent une importance particulière pour les investisseurs ayant une perspective à long terme.

Tendance 1: L'augmentation de la dette publique entraîne une répression financière et des hausses d'impôts

Contrairement à la crise financière, les politiques budgétaires ont également été affectées par la récente crise. Les gouvernements du monde entier ont mis en place des plans d'aide massifs pour fournir aux entreprises des liquidités suffisantes, d'une part, et pour réduire les pertes de salaire des employés, d'autre part. Cette mesure était nécessaire de toute urgence pour contrer la récession mondiale, mais en conséquence, la dette nationale, déjà élevée dans de nombreux pays, va monter en flèche à un rythme sans précédent. Le Fonds monétaire international estime que l'augmentation de la dette publique mondiale cette année sera plus de six fois supérieure à celle de l'année dernière.

Il sera important d'examiner comment les pays entendent réduire leur dette, même si cela variera probablement d'un pays à l'autre. Nous pensons qu'une combinaison des deux mécanismes suivants est probable :

Répression financière : Nous nous attendons à ce que les banques centrales continuent à acheter de grandes quantités d'obligations d'État, c'est-à-dire qu'une grande partie de la nouvelle dette des États finira dans les bilans des banques centrales, où elle restera. En conséquence, les taux d'intérêt resteront bas et les investisseurs devront se tourner encore plus vers les actifs à risque afin d'obtenir des rendements plus élevés. Comme ces dernières années, les liquidités fournies par les banques centrales resteront un soutien important pour les actifs à risque tels que les actions ou les obligations d'entreprises mais elles peuvent également entraîner une hausse des taux d'inflation à long terme. Lorsque l'inflation augmente, le fardeau de la dette est réduit, c'est-à-dire qu'il est fondamentalement dans l'intérêt des gouvernements que l'inflation augmente. Cependant, ce n'est pas quelque chose qui peut être géré directement et sans dommage collatéral. En conséquence, compte tenu de l'évolution fortement déflationniste actuelle, nous considérons qu'une forte hausse de l'inflation est peu probable. Toutefois, l'accélération du protectionnisme (voir tendance 2) devrait entraîner une nouvelle hausse de l'inflation à plus long terme.

Augmentation des impôts : Nous considérons que la probabilité d'ajustements fiscaux spécifiques à l'industrie est élevée, puisque les propositions de taxes environnementales et de contributions plus élevées des entreprises informatiques étaient déjà à l'ordre du jour avant la crise du Corona. La proposition de la Commission européenne concernant le paquet d'aides à l'échelle de l'UE, par exemple, vise non seulement à soutenir la construction, mais aussi à être un investissement dans l'avenir ("Next Generation EU"). Ce plan vise notamment à soutenir le Green Deal européen et la numérisation. En principe, les augmentations d'impôts sont un poison pour la dynamique de croissance, c'est pourquoi il ne faudra s'y attaquer que lorsque la situation économique se sera suffisamment stabilisée.

Tendance 2: Démondialisation

La mondialisation a façonné le paysage économique global au cours des dernières décennies. Toutefois, avec l'accroissement des inégalités, la pression politique se fait de plus en plus forte pour que l'on se concentre davantage sur la politique intérieure et que l'on adopte des approches plus protectionnistes. Ainsi, l'idée "America First" a conduit à un différend commercial entre les États-Unis et la Chine. L'apparition du coronavirus et la récession qui en résulte risquent d'aggraver encore le déséquilibre de la répartition des revenus dans de nombreux endroits, renforçant ainsi les tendances populistes et protectionnistes. Au cours des derniers mois, 90 pays au total ont déjà introduit de nouvelles restrictions à l'exportation de produits médicaux et de médicaments. L'une des conséquences de cette situation est une inflation modérément plus élevée, compte tenu des droits de douane plus élevés et de l'augmentation de la production intérieure. Les entreprises qui ont déjà commencé à diversifier leurs chaînes d'approvisionnement ou qui sont capables de produire à bas prix chez elles grâce aux nouvelles technologies devraient en bénéficier. Les pays (par exemple la Chine) et les secteurs dont la croissance économique dépend fortement du commerce mondial risquent d'être perdants.

Tendance 3: Numérisation

Les mesures de confinement prises à la suite de la pandémie ont bouleversé, pratiquement du jour au lendemain, la vie professionnelle quotidienne, les cours à l'école et les habitudes d'achat. Grâce à l'assouplissement des mesures, l'utilisation des services en ligne va de nouveau diminuer quelque peu, mais la crise du corona a certainement accéléré massivement l'acceptation et la diffusion des services numériques. Cela signifie que les salariés sont susceptibles de travailler davantage à domicile à l'avenir également. Cela entraînera une baisse de la demande de bureaux et de logements dans les agglomérations et pourrait ainsi contrebalancer le déséquilibre de la demande entre la périphérie et les centres urbains. Dans le même temps, l'essor accéléré du commerce en ligne freine la demande d'espace de vente au détail. Pour l'économie dans son ensemble, cependant, cela pourrait déclencher une augmentation de la productivité et donc conduire à une croissance économique plus forte et à une inflation plus élevée. Dans le même temps, cependant, l'augmentation du commerce en ligne aurait un effet déflationniste, car de nombreux biens sont en moyenne moins chers en ligne que dans les magasins.

Tendance 4: Intégration accrue des facteurs de durabilité

Les investissements durables ont été mis à l'épreuve pendant la crise du corona et ils ont réussi, car dans les phases de faiblesse du marché, la résilience d'une entreprise est particulièrement importante. Cela nécessite, entre autres, une bonne performance de divers facteurs de durabilité, tels que les critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance).  Par exemple, une entreprise doit être proactive pour faire face aux effets du changement climatique ou de la pollution de l'eau ("E"). En outre, la satisfaction des employés ou une relation stable avec les clients sont pertinentes dans le domaine social ("S"), par exemple. Une gouvernance robuste ("G") est la condition préalable pour être bien placé pour agir rapidement et de manière décisive dans les futures situations critiques. Cette résilience est payante non seulement à long terme, mais aussi en période d'incertitude. Une étude de Blackrock montre que 94% des indices durables ont obtenu de meilleurs résultats que leurs indices parents traditionnels pendant la crise du corona.

 

Conclusion: Prise en compte de la durabilité des entreprises

La pandémie COVID 19 aura probablement un impact significatif sur les quatre tendances à long terme évoquées ci-dessus. Les investisseurs à long terme, en particulier, devraient se demander si des ajustements de leur stratégie d'investissement stratégique sont nécessaires dans ce contexte. La tendance 4, l'intégration accrue des critères de durabilité, est à notre avis un thème primordial. Il est essentiel de mesurer l'"adéquation future" des entreprises et de l'intégrer dans les décisions d'investissement, car en tenant compte de la durabilité des entreprises, les risques d'investissement peuvent être réduits et de meilleures performances peuvent être obtenues.

En savoir plus