DE
EN
FR
Emplois Publications Durabilité Innovations
Demandes générales
Téléphone +41 58 285 85 85
Contact
Emplois Publications Durabilité Innovations
Demandes générales
Téléphone +41 58 285 85 85
Contact
DE
EN
FR
Histoire
Qui nous sommes Histoire
Baloise Group a connu une histoire riche en événements. Apprenez-en davantage sur notre passé et sur les étapes clés de notre histoire.
Résumé

«La Bâloise, Compagnie d’Assurances contre l’incendie» est fondée en 1863. Chapeauté par la Baloise Holding SA, la groupe Baloise est actuellement présent dans quatre pays. Au plus fort de son extension géographique, autour de 1938, l’entreprise est présente à travers le monde dans 51 pays. Baloise a connu bien des bouleversements tout au long de son histoire. 

Étapes clés
XIXe siècle: fondation et positionnement

1863: fondation de l’entreprise suite à l’incendie dévastateur à Glaris

  • 1861: incendie dévastateur à Glaris.
  • 2 mai 1863: le gouvernement du canton de Bâle-Ville remet à «La Bâloise, Compagnie d’Assurances contre l’incendie» l’autorisation du gouvernement du canton de Bâle-Ville.
  • 1864: création de la Bâloise Transport et de la Bâloise Vie.

1864: extension des activités et expansion européenne

  • 1864: la Bâloise étend son activité à deux autres domaines. Avec l’assurance transport et l’assurance vie, l’objectif initial est d’exercer l’assurance «dans tous les domaines et sous toutes ses formes». Les nouvelles sociétés sont baptisées conformément à leur but: «La Bâloise, Compagnie d’Assurances sur la Vie» et «La Bâloise, Compagnie d’Assurances Transport». Là où cela est possible et qu’il n’existe pas de restrictions par des monopoles ou des quotas, les autres autorisations cantonales suivent très rapidement.
  • La Bâloise, qui n’est encore alors qu’une jeune entreprise, prend son essor en Suisse en rachetant d’autres portefeuilles cantonaux, tout d’abord dans les Grisons puis à Genève, à Zurich et en Valais.
  • 4 août 1864: la Bâloise Incendie reçoit l’autorisation d’exercer dans le Grand-Duché de Bade.
  • 29 mars 1886: la dernière autorisation pour le royaume de Saxe est accordée par l’ancien état national d’Allemagne.
  • D’autres pays suivent: le Danemark, la Suède, la Norvège, la Grande-Bretagne, la France, l’Italie et les principautés danubiennes ainsi que l’actuelle Roumanie.

1869: une réassurance propre; à l’assaut d’autres continents

  • En 1869, la «Basler Rückversicherungs-Gesellschaft» voit le jour sous la responsabilité de la Bâloise Transport.
  • 1885: la Bâloise Vie se lance dans les assurances-accidents.
  • La couverture géographique s’étend et la Bâloise Incendie débute ses activités à Hambourg, Brême, Constantinople, Alexandrie, Smyrne, Yokohama, Mexico, Buenos Aires et Rio de Janeiro.
  • 1874: la Bâloise crée une filiale en Autriche et à partir de 1891, la Bâloise Incendie s’installe à San Francisco.

1891: l’Allemagne devient le principal marché étranger

  • La Bâloise construit un authentique palais à Berlin pour mettre clairement et publiquement en lumière l’importante croissance de la société. Aujourd’hui, ce bâtiment abrite l’Hôtel Angleterre sur le portail duquel veille toujours le basilic.
XXe siècle: croissance et consolidation

1900: le développement technologique comme moteur de l’économie; retrait des États-Unis

  • Au début du siècle dernier, l’Europe connaît un développement économique réjouissant. Parallèlement à cela, les technologies se développent à une vitesse fulgurante, révolutionnant les conditions de vie à la vitesse de l’éclair. Le progrès technologique modifie aussi les dangers auxquels est exposée l’existence matérielle des gens.
  • Durant la première décennie du siècle, les sociétés de la Bâloise introduisent quelques nouveaux produits adaptés, par exemple une assurance contre le vol avec effraction.
  • À partir de 1901: la Bâloise Incendie tente de se retirer de certains pans déficitaires de ses activités aux États-Unis. Elle souhaite néanmoins pouvoir conserver ses activités sur la côte ouest, qui sont quant à elles rentables. Comme l’office en charge des assurances à New York refuse ce retrait tant qu’une police est encore en vigueur aux États-Unis, la Bâloise finit par se défaire également des activités sur la côte ouest. Une bonne décision, comme l’avenir le prouvera: en 1906, un puissant tremblement de terre détruit la ville de San Francisco; la Bâloise Incendie n’est alors plus active aux États-Unis.
  • 15 avril 1912: le Titanic sombre; la Bâloise est amenée à verser 4 millions de CHF d’indemnités.
  • La même année, la Bâloise Vie inaugure sur l’Aeschenplatz son nouveau siège principal qui est doté de la première centrale téléphonique automatique de Suisse.

1914: guerre et interruption de la croissance

  • La Première Guerre mondiale met fin à l’essor de la branche de l’assurance. Les sociétés de la Bâloise souffrent de sévères perturbations de leurs activités internationales. De plus, une pandémie de grippe se déclenche vers la fin de la Première Guerre mondiale et le taux de mortalité augmente massivement.
  • Durant les années d’après-guerre, les sociétés sont surtout confrontées à une grande inflation monétaire. Par ailleurs, de nombreuses valeurs ayant été détruites durant la guerre ne requièrent dès lors plus aucune couverture d’assurance.
  • Au milieu des années 1920, la crise semble se terminer. Mais le développement économique n’a plus rien de durable. Ainsi, au début des années 1930, l’économie mondiale plonge de nouveau dans une profonde crise marquée d’une part par un taux de chômage particulièrement important et d’autre part par une surabondance de capitaux. Durant cette période, la Bâloise étend largement son portefeuille immobilier. La Bâloise fonde La Cordialité (1921) en France et la Compañía Vascongada (1929) en Espagne. Au Luxembourg, la Bâloise Incendie et la Bâloise Transport démarrent leurs activités en 1933.

1939: l’Europe de nouveau dans l’horreur de la guerre; la Bâloise dans un réduit

  • Au début de la Deuxième Guerre mondiale, les activités internationales des sociétés de la Bâloise sont temporairement à l’arrêt. L’attention se concentre alors sur la Suisse où l’on enregistre les plus grosses injections de capitaux depuis la fondation de l’entreprise.
  • La Bâloise craint la destruction de son siège principal à Bâle. Par conséquent, elle construit un chalet à Saanen, près de Gstaad, dans un réduit sous surveillance militaire. Dans la cave se trouve une salle des coffres accessible comprenant des murs en béton armé d’un mètre d’épaisseur. 50 collaborateurs y traitent jusqu’en 1945 des titres et 700 000 polices d’assurance vie. Peu avant la défaite de la France, le siège principal de Bâle est évacué et fermé pendant cinq jours.

 

1945: reprise en Europe de l’Ouest et nouvelle poussée de croissance

  • Dans le cadre de la reprise économique rapide en Europe de l’Ouest, la Bâloise réussit à se repositionner en tant que compagnie d’assurances dans les pays européens. Avec le développement technologique et l’élévation du niveau de vie national, il y a de plus en plus de valeurs à couvrir contre les risques.
  • La Bâloise acquiert des participations minoritaires au Pérou, au Venezuela et en Équateur. En 1958 a lieu la création de la Bâloise Accident.

1971: la structure de la société actuelle est mise sur pied; la Bâloise Autriche se transforme

  • En 1971, les compagnies de la Bâloise Incendie, Transport et Accident fusionnent pour former la «Bâloise, Compagnie d’Assurances». La «Bâloise, Compagnie d’Assurances sur la Vie» reste une filiale indépendante pour des raisons liées au droit de surveillance.
  • En Autriche, où la Bâloise opère depuis 1874, l’activité industrielle est revendue. La Bâloise y devient un assureur toutes branches pour le grand public.

1980: la Bâloise se développe

  • Dans les années 1980, la Bâloise gagne d’autres pays européens, avec notamment, en 1983, la fondation de la Basler Versicherungs-Aktiengesellschaft en Autriche.
  • En 1985, elle fait l’acquisition de Deutscher Ring Leben/Sach.
  • En 1985, la Baloise Insurance Company of America est créée et en 1988, la Bâloise acquiert la Providence Washington Insurance Company.
  • En 1986, la Bâloise devient actionnaire majoritaire de la compagnie d’assurances belge Mercator en Flandre.

1990: une quinzaine d’années d’assainissement et une tentative de rachat écartée avec succès

  • Les années 1990 sont une période mouvementée d’assainissement pour la Bâloise. L’entreprise se retire des marchés italien, français et américain et revend en 1997 la société Rhein Rück, acquise en 1991. La revente de la succursale en Espagne suit en 2001. L’assainissement se termine avec la vente de la Banque Mercator en 2004.
  • À partir de 1991, deux gros actionnaires détiennent, progressivement et indépendamment l’un de l’autre, plus de 40% des actions. Ceux-ci ne sont inscrits dans le registre des actions qu’avec 2% des votes chacun en raison de la limitation du droit de vote statutaire. En 2003, la tentative de rachat est écartée et l’actionnaire principal, une société de représentation («nominee»), détient 3,8% des actions de la Bâloise Holding SA.
XXIe siècle: en toute sécurité vers l’avenir

2000: premiers pas dans le nouveau millénaire avec le prestataire de services financiers ciblés

  • La Bâloise acquiert la Solothurner Bank SoBa, anciennement Banque cantonale de Soleure et devenue aujourd’hui la Baloise Bank SoBa. Cela constitue la première étape vers un modèle d’affaires de prestataire de services financiers ciblés.
  • La même année, une succursale voit le jour à Zagreb, en Croatie.

2002: des chiffres positifs après une année de perte; des activités intenses dans les sociétés nationales

  • 2002: après l’effondrement des marchés financiers suite aux attaques terroristes perpétrées aux États-Unis, la Bâloise enregistre la première année de perte de son histoire. Dès l’année suivante, elle parvient à remettre ses activités sur les rails sur ses marchés principaux. Elle rachète ainsi la compagnie d’assurances allemande Securitas et la fait fusionner avec sa propre succursale en Allemagne pour former Basler Securitas.
  • La même année, Deutscher Ring Leben/Sach ouvre des succursales en Slovaquie et en République tchèque.

2005: excellence opérationnelle et poussée de croissance au Luxembourg

  • De par sa stratégie de l’excellence opérationnelle, la Bâloise améliore son activité de manière durable.
  • 2006: la Bâloise acquiert la Winterthur Europe Vie au Luxembourg. Avec une part de marché de 9%, le groupe intègre le top 5 des assureurs avec ses produits de libre circulation des services.
  • L’année suivante, la Bâloise prend le contrôle de la compagnie d’assurances Osiguranje Zagreb et démarre son activité en Serbie.
  • À Balzers a lieu la fondation de Baloise Life (Liechtenstein), qui se spécialise dans les produits d’assurance vie innovants liés à des placements.
  • 2008: toutes les sociétés allemandes, y compris Deutscher Ring Leben/Sach, sont placées sous la direction unique de la Bâloise ayant son siège à Bad Homburg, sous le nouveau nom de Basler Gruppe Deutschland.

2011: début du repositionnement à l’échelle du groupe

  • Le groupe chapeauté par la Bâloise Holding SA s’affiche désormais sous le nom de Baloise Group.
  • Suite à l’acquisition des assureurs Avéro Benelux et Nateus, la Bâloise est également représentée en Wallonie et fait désormais partie du top 5 des assureurs en Belgique dans le domaine des affaires non-vie.
  • 2009: la Bâloise lance le programme «Bâloise 2012» et se repositionne à l’échelle du groupe. Avec le «Monde de sécurité», elle place la sécurité globale au cœur de ses prestations d’entreprise: «Votre sécurité nous tient à cœur.» La société renouvelle ainsi son fondement «La sécurité, un principe».

2016: lancement de l’orientation stratégique Simply Safe

  • Avec sa stratégie Simply Safe, la Baloise redéfinit sa position et ses objectifs jusqu’en 2021.
  • Dans le paysage en pleine mutation de l’assurance, la Baloise sort du cadre traditionnel et étend son cœur de métier pour proposer des solutions innovantes.
  • Le client est au centre de cette nouvelle stratégie. Le but n’est pas seulement de couvrir et d’assurer des risques, il s’agit aussi de répondre aux besoins de plus en plus étendus des clients dans un environnement social qui évolue. Avec ce positionnement très clair et trois objectifs simples et ambitieux ayant trait aux collaborateurs, aux clients et aux actionnaires, l’entreprise débute son voyage vers sa croissance future à compter de l’exercice 2017.

2022: rebranding à l’échelle du groupe

  • L’année est placée sous le signe d’un rebranding à l’échelle du groupe, qui rend perceptibles et tangibles les objectifs de la stratégie d’entreprise «Simply Safe saison 2».
  • Baloise repositionne sa propre marque, la simplifie et l’unifie tout en développant de manière substantielle son image de marque.
  • Pour la première fois dans l’histoire du groupe Baloise, tous les collaborateurs et pays, Basler Versicherungen, Baloise Bank SoBa, Baloise Asset Management, Bâloise Assurances, Basilese Assicurazioni et Baloise Insurance se présentent sous une seule marque. Baloise inaugure ainsi une nouvelle ère.
  • Au cœur de la nouvelle marque se trouve l’avenir des collaboratrices et collaborateurs, des clientes et clients, des partenaires – et de la société dans laquelle nous travaillons et vivons. Baloise s’inscrit dans une approche personnelle et agit comme un partenaire qui ouvre de nouvelles voies et propose des solutions dans le domaine de l’assurance et des finances.
  • La nouvelle image de marque est moderne, dynamique et numérique; une expérience globale qui repose sur une multitude de nouveaux éléments visuels et un logo revisité.
Impressions alt text alt text alt text alt text alt text alt text alt text alt text alt text alt text alt text alt text
Description de les images
  1. Le premier siège de la Bâloise situé Nadelberg 20 à Bâle.
  2. Le site de ce qui allait devenir plus tard la Gesellschaft für Chemische Industrie à Bâle sur le Rhin, vers 1879.
  3. Le siège de la Bâloise Incendie à Berlin, construit entre 1891 et 1893. Aujourd’hui encore, un basilic trône au-dessus de son entrée.
  4. Atterrissage à Bâle lors d’un show aérien vers 1920.
  5. Hôpital de fortune vers 1918 dans le cadre de la lutte contre la pandémie de grippe.
  6. Coffres du chalet dans le réduit, sous surveillance militaire. Jusqu’à 115 tonnes de marchandises y étaient stockées.
  7. La naissance du logo de la holding: un basilic couché. Cette créature fabuleuse symbolisant la vigilance et la protection est censée intimider les plus dangereux ennemis.
  8. Ancien siège de Mercator à Anvers.
  9. Siège principal de la Baloise Bank SoBa à l’Amtshausplatz 4, à Soleure.
  10. Extension à Bad Homburg, siège principal de Basler Gruppe Deutschland.
  11. D’ici à 2020, le nouveau siège principal de la Baloise sortira de terre à Bâle.
  12. Du symbole d'origine au symbole dynamique pour l'avenir : les Baloise Shapes et l'écriture géométrique claire forment notre logo et racontent notre histoire unique.
En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus